Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Montréal

    La Société du parc Jean-Drapeau se défend de sacrifier les usagers du site

    22 avril 2017 |Améli Pineda | Montréal
    Le circuit Gilles-Villeneuve sera fermé aux cyclistes, coureurs et amateurs de patins à roues alignées du 8 mai au 4 septembre.
    Photo: Paranda / CC Le circuit Gilles-Villeneuve sera fermé aux cyclistes, coureurs et amateurs de patins à roues alignées du 8 mai au 4 septembre.

    Les retombées économiques générées par des entrepreneurs privés, dont evenko, sont trop importantes pour s’en priver, dit la Société du parc Jean-Drapeau (SPJD). Celle-ci se défend d’avoir sacrifié les usagers du site en fermant cet été le complexe aquatique et le circuit Gilles-Villeneuve pour assurer notamment la tenue de spectacles musicaux.

     

    Vendredi, la Société du parc Jean-Drapeau a annoncé que le circuit Gilles-Villeneuve sera complètement fermé du 8 mai au 4 septembre.

     

    « On ne pouvait pas dire à nos promoteurs “vous n’êtes pas là cette année”. D’abord, on a des ententes avec eux et on aurait été poursuivis. Aussi, il ne faut pas perdre de vue que nos contrats avec eux représentent d’importantes retombées économiques », a fait valoir Ronald Cyr, directeur général de la SPJD.

     

    Trois importants sites événementiels seront aménagés dans le parc, dont deux directement sur le circuit.

    On ne pouvait pas dire à nos promoteurs "vous n’êtes pas là cette année"
    Ronald Cyr, directeur général de la Société du parc Jean-Drapeau
     

    La SPJD tentera, lorsque possible, d’ouvrir de 18 h à 21 h une section en ligne droite du circuit pour permettre aux cyclistes de s’y entraîner.

     

    Les coureurs et amateurs de patins à roues alignées habitués à utiliser le site devront donc se trouver un nouvel endroit pour pratiquer leur sport.

     

    Rappelons que cette fermeture est la conséquence des travaux de construction de l’amphithéâtre sur le site où se déroulaient jusqu’à l’an dernier les spectacles musicaux, ce qui force evenko à déménager ses événements sur le circuit automobile.

     

    Ce même chantier force la fermeture du complexe aquatique fréquenté annuellement par quelque 65 000 baigneurs et athlètes.

     

    Les travaux de plus de 70 millions, financés par Montréal et le gouvernement du Québec, débuteront ce printemps. Ils impliquent notamment la mise en place d’un « village événementiel » et d’une « allée Calder » qui doit relier l’oeuvre de l’artiste à la Biosphère.

     


    Privatisation

     

    Des utilisateurs du site n’ont pas tardé à manifester leur déception à la suite de l’annonce de fermeture du circuit.

     

    Ils accusent la Ville de Montréal de privatiser un site public réputé pour être un lieu d’entraînement de nombreux Montréalais.

     

    « Manifestement, evenko passe avant nous. On dit aux jeunes de bouger, mais on ferme une piscine et un circuit pour des spectacles. Mes jeunes de 8 à 15 ans, c’est au circuit que je les entraîne, ça met en péril leur raison, cette fermeture », mentionne Sébastien Delorme, président du club de vélo Xpress de Montréal.

     

    Daniel Chartier, ancien architecte-paysagiste à la Direction des grands parcs de la Ville, croit que le parc Jean-Drapeau se transforme en une deuxième place des Festivals.

     

    « L’accès public du parc est devenu secondaire, l’important, c’est l’événementiel », souligne M. Chartier.

     

    L’ancien employé de la Ville rappelle qu’en 2011, dans le cadre de la consultation publique Carte blanche, en vue des festivités du 375e anniversaire de Montréal, les Montréalais avaient exprimé le désir d’avoir surtout un meilleur accès au fleuve.

     

    « Pour un legs, c’est difficile d’expliquer en quoi il est bénéfique pour les Montréalais. On parle d’un amphithéâtre destiné à recevoir des spectacles et d’une allée bétonnée qui va être aussi large que le boulevard René-Lévesque. Est-ce qu’un Montréalais va vraiment vouloir aller se promener là pour se sentir plus près du fleuve ? » questionne M. Chartier.

     

    L’opposition officielle a aussi dénoncé une mauvaise gestion de la part de la Ville. « Le maire Coderre fait passer les intérêts d’un promoteur privé avant ceux des Montréalaises et Montréalais », a dénoncé la chef de Projet Montréal, Valérie Plante.

     

    Au cabinet du maire Denis Coderre, on assure que le parc Jean-Drapeau demeure un site ouvert à tous.

     

    « Il est inexact et inopportun de croire que l’intérêt privé prime celui des usagers », mentionne Marc-André Gosselin, attaché de presse du maire Coderre.

     

    Pourtant, jusqu’en mars 2015, les legs du parc Jean-Drapeau annoncés pour le 375e de Montréal, dans un plan nommé Horizon 2017, étaient estimés à 55 millions. La plus grande part était vouée à l’aménagement d’une promenade panoramique, soit 22,5 millions, et au dépoussiérage de la place des Nations, vestige d’Expo 67, soit 12,5 millions.

     

    À la suite d’un rapport de l’inspecteur général révélant des irrégularités dans l’octroi de contrats pour les projets d’Horizon 2017, le maire Denis Coderre a annoncé une révision des priorités.

     

    L’enveloppe pour la construction du nouveau parterre a été augmentée à 30 millions, soit six fois plus que le montant prévu au plan Horizon 2017. Le budget pour les travaux de l’allée Calder a également été bonifié, passant de 15 à 32 millions. Aujourd’hui, la promenade aura droit à environ 6 millions, alors que la place des Nations a été écartée des plans.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.