Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Éditorial

    Sauvez la commission pour les femmes autochtones disparues et assassinées

    Manon Cornellier
    13 janvier 2018 |Manon Cornellier | Canada | Éditoriaux

    « Nouvelles démissions à la commission d’enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. » Il est difficile de ne pas ressentir un profond découragement devant les nouveaux ratés de cette enquête qui n’a pas le droit d’échouer. Mais pour éviter qu’elle déraille, il faut un coup de barre radical, quitte à ce que le gouvernement s’en mêle.


    Depuis ses débuts en septembre 2016, la commission nage dans les problèmes, la confusion et la désorganisation, sans compter les différends sur son orientation et ses objectifs. Les démissions et les renvois se sont succédé. Cette semaine, c’était au tour de la directrice générale Debbie Reid de quitter le navire, trois mois seulement après y avoir mis les pieds. Jeudi soir, Radio-Canada révélait que l’avocat Alain Arsenault, qui secondait l’équipe au Québec, a claqué la porte en décembre.

     

    Cette porte tournante est symptomatique de problèmes structurels au sein de la commission, des problèmes qui doivent être résolus au plus vite si on ne veut pas assister à un déraillement de première classe. Oui, les commissaires ont rencontré des obstacles de tous genres, dont plusieurs échappaient à leur contrôle, en particulier au début, mais cela n’explique pas tout.

     

    Les problèmes sont trop nombreux pour être énumérés ici, mais il y a un manque évident de leadership et de transparence, fréquemment relevé dans les rangs des organisations autochtones, au point où l’Assemblée des Premières Nations a demandé, début décembre, la démission de la commissaire en chef, Marion Buller.

     

    La commission a déjà entendu des familles, des survivantes et des experts, mais on ignore toujours quand seront appelés à témoigner ceux qui ont détourné le regard, bâclé des enquêtes ou ignoré les appels à l’aide. Or la commission a pour mandat de débusquer la discrimination systémique des institutions à l’endroit des femmes autochtones.

     

    Il est plus que temps que les commissaires, en particulier la commissaire en chef, Marion Buller, rendent des comptes publiquement. Et franchement. Qu’on cesse, par exemple, de prétendre que certaines personnes ont démissionné pour des raisons personnelles alors que c’est faux. C’est ce qu’a encore fait cette semaine la porte-parole de la commission pour expliquer le départ de l’avocat Alain Arsenault. Ce dernier a d’ailleurs rapidement démenti la chose, déclarant à Radio-Canada qu’il était parti en raison de « divergences professionnelles importantes ».

     

    Trop de familles ont témoigné de leurs drames pour que cette enquête se termine dans une impasse. Oui, le mandat initial était trop ambitieux pour être réalisé en seulement deux ans, mais la commission, qui disait cet automne avoir besoin de plus de temps, n’a toujours pas soumis au gouvernement de demande d’extension et d’augmentation de budget. La raison est simple : elle ne sait pas où elle s’en va, confie une personne au fait de ses travaux.

     

    Le gouvernement ne peut plus s’en laver les mains. S’il croit toujours en l’urgence de faire la lumière sur cette tragédie et ses causes systémiques, il doit mettre son pied à terre. La ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, se dit « préoccupée », mais l’indépendance de la commission qu’elle invoque pour ne pas s’immiscer dans ses affaires internes ne justifie plus un quelconque attentisme.

     

    Le gouvernement peut exiger de la commission qu’elle fasse une pause, le temps que des personnes ayant une expérience des commissions d’enquête procèdent — avec grande diligence — à un examen externe de ses problèmes structurels et suggèrent des solutions, quitte à recommander, si nécessaire, le remplacement de membres du personnel et d’un ou des commissaires. Le président de la Commission de vérité et réconciliation, Murray Sinclair, serait un parfait candidat, lui qui jouit de la confiance des autochtones du pays.

     

    Il ne s’agit pas de tout reprendre à zéro. Cette commission détient un mandat unique, tous les gouvernements — fédéral, provinciaux et territoriaux — lui ayant donné l’autorisation de fouiller dans leurs affaires. Rien ne garantit qu’ils sont prêts à reprendre l’exercice. Il faut cependant permettre à la commission de repartir rapidement sur des bases solides pour obtenir les réponses que les familles et les survivantes recherchent et, comme le souhaitait la commission dans son rapport provisoire, « aider les femmes et les filles autochtones à retrouver le pouvoir et la place qui leur reviennent ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.