Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Idées

    Le paradoxe Jagmeet Singh

    12 octobre 2017 | Robert Nadeau - Professeur retraité du Département de philosophie de l’UQAM | Canada
    Jagmeet Singh accompagnait mardi à Alma la candidate néodémocrate Gisèle Dallaire.
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Jagmeet Singh accompagnait mardi à Alma la candidate néodémocrate Gisèle Dallaire.

    Jagmeet Singh a tout pour plaire. Il se déplace à vélo ou à moto. Il s’habille comme une véritable carte de mode grâce aux costumes sur mesure qu’il crée pour lui-même. Il pousse même l’originalité jusqu’à ne pas porter de chaussettes, contrairement à Justin Trudeau qui les choisit méticuleusement et en fait une coquetterie. Sikh orthodoxe, comme ses 460 000 coreligionnaires canadiens, il porte les cheveux longs retenus par un peigne, car sa religion lui interdit de les couper. Il porte aussi fièrement turban, kirpan et barbe, de même qu’un bracelet en or et le caleçon prescrit par cette religion sans clergé qui est la quatrième religion du livre.

     

    Jagmeet Singh se dit progressiste en matière politique. À tort ou à raison, il insiste sur le fait que les croyances religieuses auxquelles il adhère sont convergentes avec les « valeurs canadiennes », entre autres l’égalité hommes-femmes, le droit à l’avortement, l’égalité des droits des personnes LGBTQ.

     

    Cependant, tout en prenant parti contre le projet de loi no 62 du gouvernement Couillard visant à obliger toute personne à recevoir les services de l’État à visage découvert, Jagmeet Singh proclame qu’il est complètement d’accord avec la séparation de l’Église et de l’État. Cela n’est pas un moindre paradoxe. Car il n’aura échappé à personne que la toute première marque d’identité que cet homme politique canadien tient à mettre en avant est de nature religieuse.

     

    Séparation entre politique et religion ?

     

    Certes, toute personne, et bien sûr tout politicien, a parfaitement le droit d’adhérer à une religion quelconque, voire à aucune, et à pratiquer sa religion comme il l’entend. Là n’est pas la question. Ce qui me tarabuste, c’est que Jagmeet Singh se prétend entièrement favorable à la séparation entre politique et religion : or, la chose lui est impossible, tout autant que la laïcité semble impraticable pour tout musulman de stricte observance.

     

    D’ailleurs, député provincial néodémocrate en Ontario depuis 2011, Jagmeet Singh s’est démarqué en s’opposant à plus d’une reprise au projet de loi visant à instaurer l’obligation du port du casque à vélo. Encore là, c’est son droit le plus strict. Mais ne voit-on pas poindre ici une prise de position religieuse dans une discussion politique ? À tous ceux qui voient dans cette opposition un lien évident avec les obligations que lui fait sa foi, Jagmeet Singh réplique qu’il n’en est rien et que c’est en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés qu’il défend cette option politique. Cet argument est pour le moins fallacieux.

     

    Certes, tout citoyen canadien, nous rappelle-t-il, a droit aux accommodements raisonnables relatifs à sa religion, et c’est là son argument fondamental. Cet argument de nature juridico-politique n’en est pas moins motivé par un souci d’abord et avant tout religieux. On ne peut nier l’évidence.

     

    Si, en vertu de la Charte canadienne — qui a préséance sur la Constitution elle-même — mais aussi de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne, il peut être légalement acceptable à un sikh orthodoxe de demander pour ceux de sa confession une dérogation à l’obligation de porter un casque de sécurité pour rouler à vélo dans les rues et sur les routes canadiennes, il est facile d’imaginer d’innombrables situations où un accommodement analogue sera requis. Il existe déjà d’ailleurs d’autres cas de figure du même genre — par exemple dans la GRC, voire au port de Montréal — où une semblable requête a été faite, et avec succès. Prétendre que cette démarche politique n’a pas de ressort intrinsèquement religieux est trompeur.

     

    Nous croyons vivre dans une société sécularisée quand, en fait, la religion est en train de s’immiscer subtilement dans toutes les sphères de la vie sociale et politique. Cela est manifestement un legs déplorable du multiculturalisme canadien. Qu’un chef politique menant sa vie publique en costume religieux ne le reconnaisse pas d’emblée et se prétende en quelque sorte favorable à la laïcité a quelque chose de mystificateur.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.