La controverse sur l'affaire Khadr poursuit Trudeau au Stampede

«Il est facile de comprendre les raisons pour lesquelles les gens sont frustrés à ce sujet», a concédé M. Trudeau aux journalistes, samedi.
Photo: Jeff McIntosh La Presse canadienne «Il est facile de comprendre les raisons pour lesquelles les gens sont frustrés à ce sujet», a concédé M. Trudeau aux journalistes, samedi.

Calgary — La controverse entourant l’indemnité de 10,5 millions de dollars versée à l’ex-adolescent-soldat Omar Khadr a continué de poursuivre le premier ministre Justin Trudeau alors qu’il était de passage au Stampede de Calgary, samedi.

 

Un homme vivant en face d’où se déroulait un des fameux déjeuners du Stampede avait placé une affiche au-dessus de son garage sur laquelle on pouvait lire : « Trudeau, pourquoi ne payez-vous pas la veuve Speer ? ». Daxton Yont faisait référence à la femme du sergent Chris Speer, le soldat américain dont M. Khadr est accusé d’avoir tué en Afghanistan, il y a 15 ans.

 

Omar Khadr avait intenté une poursuite de 20 millions de dollars contre le gouvernement fédéral, lui reprochant d’avoir violé ses droits en vertu de la Charte canadienne. Les deux parties se sont entendues sur un règlement à l’amiable qui a rapporté 10,5 millions au jeune homme.

 

M. Yont a décidé de poser cette affiche parce que lui et d’autres personnes au sein de sa collectivité estiment que cette indemnité était injustifiée.

 

Ses voisins et lui voulaient lancer un « léger message sans paraître grossiers » au premier ministre.

 

M. Khadr a été emprisonné au tristement célèbre camp de Guantánamo Bay après avoir été capturé par l’armée américaine lors de l’invasion de l’Afghanistan en 2002. Il n’était alors âgé que de 15 ans. Il avait été blessé lors des combats qui ont coûté la vie au sergent Speer et un oeil au soldat Layne Morris de la force Delta.

«Nous avons décidé que ce règlement à l’amiable était la bonne chose à faire. Ce n’était pas seulement la chose responsable à faire d’un point de vue fiscal, mais aussi, il faut accepter que lorsqu’un gouvernement viole les droits fondamentaux des Canadiens, cela entraîne des conséquences.»

Aujourd’hui âgé de 30 ans, M. Khadr avait plaidé coupable à cinq crimes de guerre avant d’être condamné à une lourde peine d’emprisonnement par un conseil militaire établi à Guantánamo Bay, en 2010. Il affirme qu’il a accepté de plaider coupable afin de pouvoir sortir de sa geôle américaine et revenir au pays.

 

En 2010, la Cour suprême du Canada avait jugé que les autorités canadiennes avaient violé les droits du jeune homme au cours de ses interrogatoires.

 

« Il est facile de comprendre les raisons pour lesquelles les gens sont frustrés à ce sujet. J’étais préoccupé par les sommes en jeu et c’est, comme je l’ai déjà dit, pourquoi nous avons réglé cela », a déclaré M. Trudeau aux journalistes, samedi.

 

Continuer de s’opposer à la poursuite intentée par Omar Khadr aurait pu coûter de 30 à 40 millions de dollars au Trésor canadien.

  • Jacques-André Lambert - Abonné 15 juillet 2017 23 h 23

    Et l'honneur?

    Malgré les avis répétés de la Cour suprême, le premier ministre refuse de reconnaître les torts du Canada à l'endroit d'Omar Khadr.

    Comme si la dignité d'un citoyen canadien se jouait au casino.

    "On aurait pu augmenter la mise, mais le pari était risqué."

    Belle illustration des "valeurs canadiennes".

    Omar Khadr, Maher Arar, Raif Badawi... La honte!

    • Gilles Théberge - Abonné 16 juillet 2017 08 h 56

      Oui je suis tout à fait d'accord, c'est une honte!

  • Michel Lebel - Abonné 16 juillet 2017 07 h 09

    Comme solution ''fiscale'' (sic)...


    Il me semble qu'on aurait pu trouver une solution plus honorable que celle d'un versement de 10,5 millions de dollars. Une bonne ''solution fiscale'' (sic), dit le premier ministre! Pas fort le Justin!
    Les droits fondamentaux, il me semble, sont non monnayables ou dois-je conclure que le fondement de ces droits est le seul fric! Comme éthique, j'ai déjà vu plus noble.


    Michel Lebel

    • Jacques Patenaude - Abonné 16 juillet 2017 12 h 25

      Ok, mais qu'auriez-vous proposé comme solution plus noble?
      N'oublions pas que tout cela alimentait le business de la justice.

    • Patrick Papineau - Abonné 16 juillet 2017 13 h 16

      Omar Khadr avait entrepros des démarches judiciaires afin d'obtenir 20 millions en compensation: M. Trudeau a dû obtenir des avis juridiques sur ce cas... Qu'auriez-vous suggéré, M. Lebel, pour réparer les torts que cet enfant-soldat a subits ? Je suis intrigué...

    • Michel Lebel - Abonné 16 juillet 2017 16 h 04

      @MM. Patenaude et Papineau,

      Ma suggestion: une résolution formelle d'excuses de la part de la Chambre des Communes, une déclaration d'excuses, complète et officielle, du premier ministre et un chèque d'un million de dollars accordé à M. Khadr. Un point c'est tout.
      C'est d'ailleurs la solution qu'aurait dû prendre depuis longtemps le buté et simplet de Stephen Harper.
      Je ne suis pas d'accord avec le principe d'une poursuite d'Omar Khadr contre le gouvernement fédéral. Mais maintenant qu'il semble avoir reçu ce dix millions, Khadr pourrait donner une bonne part de ce montant à des causes humanitaires. Son comportement serait alors exemplaire.

      M.L.

    • Jacques Patenaude - Abonné 16 juillet 2017 18 h 51

      combien des 10 millions iront aux avocats?

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 16 juillet 2017 09 h 08

    Affirmer le respect du droit des personnes local et international, ici et ailleurs

    Indemniser M. Khader est un devoir juridique et moral et insister sur le fait qu'on aurait perdu davantage d'argent en continuant les poursuites judiciaires déprécie le geste. De plus, l'idée conservatrice d'attendre une condamnation judiciaire finale avant de payer ce que l'on doit certainement se fait au détriment de l'indépendance et de la compétence des avocats gouvernementaux et des tribunaux, la politique n'étant pas leur domaine. Il faut apprendre aux Canadiens à respecter les droits fondamentaux de toute personne humaine. Il ne s'agit pas donc d'une affaire d'argent, mais de violation des droits d'un personne humaine par les gouvernements fédéraux successifs.

    Le fait que les vétérans canadiens et familles des personnes mortes à la guerre ne reçoivent pas autant d'argent qu'ils le voudraient n'efface pas les fautes gouvernementales commises à l'égard de M. Khader et leurs conséquences pour ce dernier. Amalgamer tout ceci frôle la démagogie, nous discrédite internationalement immensément et est de mauvais augure pour le futur.

  • Maryse Veilleux - Abonnée 16 juillet 2017 09 h 31

    Facile à comprendre

    Je ne comprends pas tout ce débat autour de la somme remise à Omar Kadhr. C'est évident que lorsque tu es enrolé à 12 ans, et que ton père fait figure de proue, tu le suis et tu vas suivre le milieu dans lequel on te plonge. Si ce recours est possible c'est parce que les conservateurs n'ont pas joué le rôle d'un gouvernement responsable envers M. Kadhr pendant qu'il était au pouvoir. Tout ce qu'a fait Justin Trudeau c'est de trouver une entente à l'amiable à un procès qui était perdu à l'avance et il a choisi de couper la poire en deux. Il me semble que c'est clair et que c'était la bonne décision à prendre et assez facile à comprendre.

  • Luc André Quenneville - Abonné 16 juillet 2017 09 h 42

    get over it

    On commence à être un fatigué d'entendre la droite outrée chiâler sur ce règlement. La cour suprême a jugé le gouvernement de l'époque coupable. Il n'a jamais été prouvé hors de toute doute que Kadhr ait fait ce qu'on lui reproche. Ce qui a été prouvé, c'est que ses aveux ont été obtenus sous la torture - aussi light soit-elle, selon Pierre Paul-Hus. Je me demande si selon lui il exste des viols "light" aussi.

    De plus, est-ce que tous les soldats en guerre sont accusés d'avoir tué des gens lors des conflits où ils sont envoyés? Non! Et si jamais Kadhr avait été coupable, pourquoi, soudainement, la notion d'enfant-SOLDAT est-elle différente du soldat "ordinaire". À partir de quand le citoyen d'un pays assiégé, doit-il prendre les armes pour se défendre ou pas? Deux poids, deux mesures. ah oui.. Kadhr est musulman. Est-il d'office un méchant? Pour moi, c'est de l'islamophobie enrobé de patriotisme de bien pensants. Enrobé d'un beau drapeau ... américain.

    Est-ce que le Canada ou les USA paient pour tous les civils innocents tués lors de leurs assaults à l'étranger? Le soldat Speer est décédé. Les risques du métier. Point.. ce sont les USA qui devrait dédommager sa veuve. Point final. C'est son pays qui a envoyé son mari à la mort. Pas Kadhr.

    Le gouvernement Harper - notre gouverment - a abandonné un enfant canadien et l'a laissé se faire torturer allant à l'encontre de toutes les ententes, protocoles et autres documents officiels signés par son pays. Aujourd'hui, son pays s'excuse. That's it! That's all.