Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Romantique, la Rome antique

    Les 14 chambres du Palazzo Manfredi, décorées de façon doucement extravagante, constituent autant de nids d’amour feutrés

    11 février 2017 | Louise Gaboury - Collaboratrice à Rome | Voyage
    Aroma, le restaurant étoilé du Palazzo Manfredi, un superbe Relais Châteaux romain, fournit le décor idéal à la grande demande.
    Photo: Hôtel Aroma Aroma, le restaurant étoilé du Palazzo Manfredi, un superbe Relais Châteaux romain, fournit le décor idéal à la grande demande.

    Certaines traditions se perdent. On voit maintenant peu d’amoureux transis demander à genoux la main de leur belle. L’amoureux transi ne sait plus quoi inventer pour déclarer sa flamme ou prouver son amour, et les demandes en mariage se font de plus en plus extravagantes. Il faut bien convaincre l’être aimé ou… se distinguer sur les réseaux sociaux.

     

    Vous voulez faire une grande demande qui se soldera par un « Oui » ému ? Trop tard pour le tableau d’affichage du Super Bowl ! Ringarde, la banderole d’avion ?

     

    Quoi de mieux que la ville éternelle pour servir de cadre à une proposition d’amour éternel ? Saint Valentin n’est-il pas mort à Rome ? Pas d’amour, mais bon…

     

    Aroma, le restaurant étoilé du Palazzo Manfredi, un superbe Relais Châteaux romain, fournit le décor idéal à la grande demande. « Chaque année, des dizaines d’amoureux choisissent notre établissement, et pas seulement à l’occasion de la Saint-Valentin », note le directeur général, Bruno Papaleo.

    Photo: Hôtel Aroma Un petit espace dans l’une des chambres de l’hôtel
     

    C’est un petit hôtel discret. De l’extérieur du moins. On pourrait passer devant sans le remarquer, l’esprit occupé par son colosse de voisin, le Colisée.
     

    Pourtant, cet établissement est un joyau de l’hôtellerie romaine, et ses 14 chambres décorées de façon doucement extravagante constituent autant de nids d’amour feutrés.

     

    Aroma brille de tous ses feux sur le toit de l’hôtel. Dirigé avec passion par le chef Giuseppe di Iorio, il est on ne peut plus romantique avec sa vue imprenable sur le Colisée, dont il n’est séparé que par les ruines de l’ancien quartier des mercenaires.

     

    Une vue digne du film La grande bellezza. « Plus belle encore », commente le chef, avouant que ce qui lui plaît le plus ici, c’est cette vue inspirante. On ne fait pas plus romain.

     

    Fier de son étoile, Giuseppe di Iorio revisite les plats traditionnels romains à partir d’une belle gamme de produits frais fournis par de petits producteurs locaux.

     

    Inspirée de ses souvenirs d’enfance, sa cuisine est à la fois réconfortante et raffinée.

     

    Le point d’orgue d’un dîner en tête à tête survient quand, en soulevant une minicloche d’argent, l’être aimé découvre un écrin délicatement posé sur un lit de pétales de rose. Il ne restera plus qu’à échanger un doux baiser devant ce symbole de pérennité…

     

    Le coût ? Avec la nuitée dans une chambre avec vue sur le Colisée (certaines douches jouissent même de cette vue !) et le repas, il faut compter au moins 1000 $.

     

    Plus si affinités avec mise en scène spéciale, fleurs, champagne, chocolats, musiciens, etc.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.