Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Critique resto

    L’effet boeuf à La Ferme

    Une belle table à découvrir sur le chemin du Roy

    29 septembre 2017 | Catherine Ferland - Collaboratrice à Deschambault-Grondines | Restaurants
    La magnifique terrasse s’ouvrant sur le fleuve au bistro La Ferme, dans le comté de Portneuf
    Photo: Catherine Ferland La magnifique terrasse s’ouvrant sur le fleuve au bistro La Ferme, dans le comté de Portneuf

    Un début d’automne exceptionnel qui prolonge la saison des terrasses. Il n’en fallait pas plus pour nous donner envie de prendre la clef des champs et d’aller nous attabler au bord du fleuve dans le splendide secteur de Deschambault-Grondines !

     

    Cap sur le bistro La Ferme, où le boeuf Highland, élevé par les propriétaires, est le produit signature.

     

    Trésors laurentiens

     

    Les sols de la région, riches en sédiments et en pierre calcaire, emmagasinent la chaleur du soleil et créent un environnement très fertile. Il n’est pas surprenant que Jacques Cartier, qui y a accosté lors de son second voyage en 1535, ait constaté la présence d’Iroquoiens pratiquant l’horticulture ! C’est un terroir exceptionnel.

     

    À bien des égards, le paysage a très peu changé en quelques centaines d’années : le fleuve vient toujours déposer bien régulièrement ses vagues sur les galets, créant ce grondement qui, dit-on, a donné son nom à Grondines.

     

    C’est en admirant ce panorama magnifique qu’on sirotera tranquillement un verre de rosé en partageant des nachos au boeuf effiloché provenant de la ferme Highland, à quelques kilomètres de là.


    La chair de ces majestueux bovins au pelage blond-roux caractéristique, élevés en plein air et 100 % bios, est à l’honneur dans presque tous les plats du menu. Ce premier opus du repas est fort concluant, le tendre effiloché conférant une belle personnalité au petit en-cas.

     

    Fort comme un boeuf

     

    Pour la suite des choses, la chaleur ambiante m’incite à aller du côté du frais. J’opte donc pour le tataki, un mode de préparation qui me permettra du même coup d’apprécier pleinement le goût du boeuf Highland, sans apprêt, au naturel. Tout nu, quoi.

     

    La viande, subtilement persillée, est remarquablement tendre malgré les tranches plutôt épaisses. Au boeuf froid répondent des condiments relevés : kimchi (« choucroute » de piment fermenté), chimichurri, pousses de tournesol et croûtons complètent l’assiette. Puisqu’il s’agit d’une portion normalement servie en entrée, une petite salade verte commandée en appoint vient conclure le tout.

     

    Mon accompagnateur a choisi le hamburger. Triomphant au milieu d’une généreuse portion de frites croustillantes, le sandwich (de boeuf Highland, évidemment) s’avère aussi appétissant à l’oeil qu’aux papilles. La galette de viande hachée bien juteuse côtoie avec souplesse le fromage Grand 2 de la Fromagerie des Grondines — avis aux intéressés, c’est tout près ! —, les oignons caramélisés arrondissant le tout.

     

    Quelques verres de Chianti Ricasoli 2015 viennent soutenir ce repas résolument carné… qui, fort roboratif, ne nous laissera cependant pas assez de place pour profiter des appétissants desserts. À défaut d’y revenir cet hiver, l’établissement étant fermé de novembre à avril, il conviendra d’emprunter à nouveau le joli chemin du Roy au printemps prochain !

     

    Les plus. La salle à manger décorée d’éléments du patrimoine agricole, la magnifique terrasse donnant sur le fleuve et le boeuf Highland tous azimuts, même dans la poutine ou la sauce à spaghetti !

     

    Les moins. Basse saison oblige, le resto est ouvert de mai à octobre seulement. On aurait aimé trouver plus d’alcools québécois sur la carte.

     

    Coût pour deux, nourriture seulement, avant taxes : 44 $.

     

    Coût total pour deux (incluant alcool, taxes et service) : 117 $.

    Légendes Légendes
    ★ Je regrette de devoir vous en parler
    ★★ Pas mauvais, mais on n’est pas obligés de s’y précipiter
    ★★★ Bonne adresse
    ★★★★ Très bonne adresse
    ★★★★★ Adresse exceptionnelle pour la cuisine, le service et le décor

    $ Le bonheur pour une vingtaine
    $$ Une quarantaine par personne
    $$$ Un billet rouge par personne
    $$$$ Un billet brun par personne
    $$$$$ Le bonheur n’a pas de prix

    Bistro La Ferme
    ★★★
    297, chemin du Roy Deschambault-Grondines, ☎ 418 286-2014, $$ (incluant l'alcool)












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.