Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Une récolte de prix et de mérites

    Un pionnier du jardinage écologique et biologique, et trois plantes à découvrir

    Yves Gagnon au travail dans les Jardins du Grand-Portage, à Saint-Didace, créés avec sa compagne Diane Mackay.
    Photo: Diane Mackay Yves Gagnon au travail dans les Jardins du Grand-Portage, à Saint-Didace, créés avec sa compagne Diane Mackay.

    Au Rendez-vous horticole du Jardin botanique de Montréal sont décernés le prix Henry Teuscher et les Mérites horticoles. Des prix méconnus. Le premier est remis à une personne dont les réalisations ont contribué à l’avancement de l’horticulture au Québec. Alors que les seconds sont donnés à des plantes à découvrir, qui se sont démarquées dans leur catégorie.

     

    Le prix Henry Teuscher 2017

     

    Pionnier du jardinage écologique et biologique, le passionné et éternel rebelle Yves Gagnon a remporté le prix Henry Teuscher 2017. Il y a 40 ans, à une époque où le jardinage écologique était peu populaire, il décide d’en faire sa mission. Le déclencheur ? Son travail dans les vergers, où les arbres étaient vaporisés plus d’une vingtaine de fois en saison. C’en était assez avec l’agrochimie !

     

    Parmi ses réalisations les plus marquantes, il y a les Jardins du Grand-Portage à Saint-Didace, créés avec sa compagne Diane Mackay. Sur deux acres, ils ont aménagé un superbe potager et conçu des jardins d’inspiration anglaise et orientale. M. Gagnon est un amoureux des paysages, et s’entourer de beauté est essentiel pour lui. L’ouverture aura lieu le 8 juillet.

     

    Le lauréat est aussi un des premiers à s’être lancé dans la production de semences biologiques dans les années 1980. Et il a annoncé que sa fille Catherine prend la relève, avec sa propre entreprise, pour la mise en marché des semences. 

    Photo: Catherine Gagnon-Mackay Yves Gagnon
     

    Depuis les tout premiers débuts, M. Gagnon prend plaisir à écrire et à transmettre son savoir-faire. Ses livres horticoles sont des ouvrages de référence pour des générations de jardiniers. Il a participé à de nombreuses émissions de télévision et de radio comme chroniqueur ou spécialiste invité. Sa mission actuelle et pour l’avenir est de fournir aux citoyens des outils d’autosuffisance en alimentation et en santé.

     

    Poète à ses heures, voici un extrait du texte qu’il a lu à la remise de son prix.

     

    « J’aime écrire. L’écrivain est un peu comme le jardinier. Il associe les mots pour faire joli. Il place çà et là des épithètes afin de mettre en valeur le sujet. Il ponctue, cherche la bonne densité, tente de rendre sa démarche fertile. Il conjugue inlassablement le verbe et manie habilement l’adverbe. Il métaphorise de la manière la plus naturelle possible. Sans phytocide, sans fongicide, sans insecticide. »

     

    Les Mérites horticoles

     

    Bien qu’ils existent depuis 20 ans, il semble que les Mérites horticoles soient peu connus en dehors des aficionados de l’horticulture. Ce concours a lieu à chaque Rendez-vous (RDV) afin de mettre en valeur certaines plantes. Pour ce faire, une équipe de juges analyse et compare les plantes inscrites par les producteurs, qui doivent en sélectionner une seule par catégorie.

     

    Cette année, les catégories étaient : plante vivace, plante potagère et plante fruitière. Pour remporter un prix, elles doivent satisfaire à un certain nombre de critères, dont ceux-ci : nouveauté, originalité, rusticité, décorative, comestible, facilité de culture. Quand une plante gagne un Mérite, c’est qu’elle a su impressionner les juges. Il vaut donc la peine de la découvrir ! Les voici.

     

    La vivace

     

    Parmi les vivaces inscrites, c’est l’Allium « Millenium » des Jardins Michel Corbeil qui s’est distinguée. Joli, ce cultivar forme de petits thalles denses de feuilles plates et érigées. Son feuillage est apprécié en cuisine pour son léger goût d’ail avec une note de verdure. En juillet et août, il produit de nombreuses fleurs mauves décoratives en forme de petites balles qui, en plus, sont comestibles. Cette plante est rustique jusqu’en zone 4.

     

    La potagère

     

    Parmi les plantes potagères inscrites, c’est le Zingiber mioga « White Arrow » des Jardins Osiris, un gingembre vivace au Québec, qui a remporté le Mérite. Vous avez bien lu : un gingembre vivace, ici ! Toutefois, plutôt que de consommer son rhizome, on mange ses tiges, ses boutons floraux et ses fleurs. Cette plante à l’allure tropicale atteint environ un mètre et son feuillage vert est panaché de blanc. Elle se cultive à l’ombre ou à la mi-ombre, dans un sol humifère. Sous une épaisse couverture de neige, elle serait rustique jusqu’en zone 4.


    Photo: Mathieu Rivard L’Aronia melanocarpa « Low Scape » des Jardins de Jean-Pierre

     

    La fruitière

     

    Parmi les plantes fruitières inscrites, c’est l’Aronia melanocarpa « Low Scape » des Jardins de Jean-Pierre, qui a récolté les honneurs. Cette aronie a l’avantage de rester naine et peut être utilisée comme couvre sol. Elle se couvre au printemps d’une multitude d’étincelantes petites fleurs blanches. Ces dernières se transforment en fruits noirs peu sucrés mais très riches en vitamine C et en antioxydants. Puis, son impeccable feuillage vert luisant prend de magnifiques couleurs rouge orangé à l’automne. Finalement, en plus d’être rustique jusqu’en zone 3, cette plante croît aussi bien au soleil qu’à l’ombre et dans tous les types de sols.

    Une mention spéciale

     

    Les juges ont tenu à donner une mention spéciale à deux collections surprenantes créées par une nouvelle entreprise, qui sera à suivre : Les jardins gourmands. Les collections « très concept » sont « Cocktails de filles » et « Maîtres brasseurs ». La première est une sélection de plantes pour aromatiser les cocktails, et la deuxième, des aromates pour la fabrication de la bière. La présentation ludique et pimpante des collections attire l’oeil et donne envie de découvrir l’usage de ces végétaux. Elles sont distribuées dans 14 jardineries au Québec.


    Au jardin cette semaine Je sème, tu sèmes, il sème… Au potager, il est encore temps de semer : betteraves, carottes, citrouilles, courges, concombres, courgettes, haricots grimpants, maïs, mesclun, roquette, pois à écosser et délicieux pois mange-tout. Et de planter : aubergines, brocolis, choux et cie, céleri, concombres et cie, haricots, laitues, piments, poivrons, poireaux et les fameuses tomates.

    La fertilisation est importante pour favoriser un bon départ, en particulier pour les plantes annuelles. Autant pour celles du potager que celles des plates-bandes, et encore plus pour celles en pot ou dans les boîtes à fleurs, où le volume de sol est restreint.

    Préconiser des engrais naturels avec un taux d’azote plus élevé que le phosphore et le potassium pour le début de la saison. Pour les plantes décoratives en contenants, on peut utiliser un engrais à dégradation lente qui nous évite d’avoir à fertiliser régulièrement.

    Don d'un bonsaï au Jardin botanique Photo: Roger Aziz

    Le Jardin botanique a reçu dernièrement un bonsaï exceptionnel digne d’un arbre de conte de fées, un Sequoia sempervirens. Ce don a été fait par Pierre Séguin, membre de longue date de la Société des bonsaïs et penjings de Montréal. Impressionné par la beauté de ce spécimen vu lors d’une exposition en Californie, il a voulu l’acquérir pour l’offrir au Jardin, afin qu’il puisse être apprécié par le plus grand nombre possible.

    Cet arbre nanifié, dont on estime l’âge entre 80 et 200 ans, vient enrichir la collection d’espèces nord-américaines de la collection de bonsaïs et penjings. Par son don, M. Séguin souhaite relancer l’intérêt pour cet art qui combine la culture asiatique et l’horticulture.

    Éric Auger, horticulteur spécialisé au Jardin botanique, veillera sur cette acquisition sous les soins avisés de son créateur Ryan Neil, maître de bonsaïs de renommée internationale.

    Dans la bibliothèque Petits fruits pour mon balcon et mon jardin. Plantations gourmandes à la portée de tous
    Serge Schall
    Larousse, 2017, 144 pages


    Les petits fruits sont simples de culture et parfaitement adaptés aux petits jardins, balcons et terrasses. Pourquoi s’en passer ? Vous trouverez dans ce guide une fiche technique complète de culture pour 50 fruitiers sélectionnés, ainsi que des recettes pour fortifier les plantes et des conseils contre les maladies et les insectes. Le livre est beau, bien documenté et agréable à consulter, mais n’oublions pas qu’il est de facture française et que certaines informations ne correspondent pas à notre climat.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.