Québec accentue la pression sur ses 1400 ingénieurs

Québec — Le gouvernement Couillard accentue la pression sur ses 1400 ingénieurs pour qu’ils renouvellent leur convention collective, échue depuis deux ans. Le président du Conseil du trésor, Pierre Arcand, a montré des signes d’impatience en conférence de presse, mardi, affirmant que le moment était venu de conclure une entente, à défaut de quoi les Québécois allaient être pris dans des embouteillages monstres dès cette semaine. M. Arcand s’est toutefois gardé de brandir le spectre d’une loi spéciale. Lundi, le Tribunal administratif du travail (TAT) a refusé la demande du gouvernement de considérer les inspections générales comme un service essentiel. Le président de l’APIGQ, Marc-André Martin, ne s’est pas formalisé mardi de la « menace à peine voilée de loi spéciale ». « On n’est pas pressés de signer une mauvaise entente, ça fait trois ans qu’on négocie. »,