Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Chronique

    Le gros et le petit

    François Brousseau
    10 octobre 2017 |François Brousseau | Europe | Chroniques

    Le nationalisme catalan n’est pas un adversaire politique avec lequel on peut débattre et trouver un compromis. C’est une bête immonde qu’il faut écraser.

     

    Tel est le message rendu par le discours le plus applaudi, celui de Mario Vargas Llosa, dimanche à Barcelone lors de l’impressionnante manifestation, au coeur de la capitale catalane, en faveur de l’unité de l’Espagne.

     

    Un rassemblement de 350 000 personnes, venues de Catalogne, mais aussi du reste de l’Espagne, pour dire aux indépendantistes : « Assez, c’est assez ! »

     

    On était loin du love-in mielleux et hypocrite du 27 octobre 1995 à Montréal, lorsque des milliers de manifestants canadiens avaient imploré les Québécois de voter « non ». En plus, la manif d’avant-hier avait lieu après une consultation considérée illégitime, et non pas avant un référendum, à l’époque accepté (ou toléré), et auquel les partisans du « non » avaient pleinement participé.

     

    Au moins Vargas Llosa a-t-il le mérite de la clarté, lorsqu’il dit à la foule : « La passion peut être destructrice et féroce quand l’animent le fanatisme et le racisme. La pire de toutes […], c’est la passion nationaliste. » Il faut absolument stopper, a-t-il dit, les « fanatiques » et leur « conjuration qui veut réduire [l’Espagne] à un pays du tiers-monde ».


     

    Tels étaient les mots du grand écrivain de La ville et les chiens et de La fête au bouc. La virulence (« passion destructrice et féroce » ; « conjuration », « fanatisme », « racisme ») avec laquelle ce littéraire doublé d’un essayiste et militant politique s’en est pris au nationalisme catalan explique peut-être pourquoi ce Prix Nobel a moins bien réussi en politique qu’en littérature.

     

    On sait à quel point le mot « nationalisme » est négativement connoté en Europe, alors que — en tout cas, jusqu’à récemment — il ne l’était pas ici. Ici, on peut concevoir une telle chose qu’un nationalisme modéré, facteur de progrès : Québec, années 1960 et après ; Catalogne, années 1980 et après…

     

    Mais l’ironie, c’est que, tout en fustigeant le nationalisme avec une violence verbale jamais atteinte par un Trudeau père, Vargas Llosa avait devant lui une foule qui s’étranglait en chantant « ¡Y viva España ! », s’enroulait dans le drapeau espagnol et scandait « Puigdemont en prison ! »

     

    Vargas Llosa n’est pas seul : le gouvernement de Madrid, dont on connaît la ligne dure qui réduit un conflit politique à une affaire de tribunaux et de police, et même un journal réputé centriste et équilibré comme El Pais sont exactement de la même eau.

     

    Extrait de l’éditorial triomphant, lundi, dans El Pais : « Pendant des décennies, le nationalisme catalan a construit un monopole idéologique, asphyxié le pluralisme. Dimanche, cette hégémonie, basée sur le contrôle de la rue, des institutions politiques, de la société civile, s’est effondrée avec fracas. L’indépendance, déjà hors-la-loi, a aussi perdu toute légitimité. »

     

    Absence de pluralisme ? Monolithique, Barcelone, cette métropole cosmopolite ? On pourrait faire remarquer aux éditorialistes de El Pais qu’en Catalogne même, des journaux très lus, publiés à Barcelone et en catalan, comme La Vanguardia et El Periódico de Catalunya, sont opposés à l’indépendance et ne se gênent pas de l’écrire régulièrement.


     

    Ce qu’on a vu dimanche dans les rues de Barcelone, c’est l’existence incontestable d’une « autre » Catalogne, dont l’allégeance première va à Madrid.

     

    Cette manifestation montre — mais on le savait — que la Catalogne est divisée, que les indépendantistes n’ont pas le monopole de la légitimité, et que le résultat du référendum (90-10, selon les suffrages exprimés) ne reflétait pas l’état global, réel de l’opinion catalane, puisque les « non » ont boycotté l’exercice pour le discréditer, et que la police a terminé le travail en bloquant l’accès à de nombreux bureaux de vote.

     

    Nationalisme contre nationalisme : celui du gros, qui va de soi, contre celui du petit, dont on doit se méfier. Le non-dit de toute cette histoire, ce n’est pas que le nationalisme catalan est sujet à la critique (comme le sont tous les nationalismes). C’est que le nationalisme dominateur, légitime et en quelque sorte invisible parce qu’il s’incarne déjà dans un État souverain reconnu, on n’en parle jamais.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.