Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Pour sortir de sa bulle cette semaine: le contrôle des armes à feu aux États-Unis

    7 octobre 2017 |Jonathan Allard | États-Unis
    Photo: iStock

    Comment sortir de ses propres ornières politiques et médiatiques à l’ère des réseaux sociaux et des algorithmes qui s’adaptent à nos opinions ? Le Devoir vous propose trois textes pour sortir de votre bulle.


    Au menu cette semaine : trois regards conservateurs sur le contrôle des armes à feu aux États-Unis.

     

    Les textes choisis viennent de la presse américaine et sont donc en anglais.

    Photo: Capture d'écran
     

    « Masculinité toxique »

     

    Denise McAllister, une collaboratrice de longue date du Federalist, y va ici d’une fronde envers la « gauche anti-arme » qui, dit-elle, prétend que la violence liée aux armes à feu est un problème grandissant et qu’il serait attribuable à une « masculinité toxique ». D’abord, selon elle, les statistiques montrent que la violence liée aux armes à feu est plutôt en déclin. Aussi, elle soutient que c’est dans la nature de l’homme (du mâle, ici) de chercher à se protéger lui-même et les siens et que la vaste majorité des hommes qui se procurent des armes le font pour les bonnes raisons, soit dans un but de protéger. Pour McAllister, la masculinité et la virilité associées aux armes à feu, loin d’être un problème, devraient plutôt être célébrées.

     

    Extrait : « As men are diminished, as their power taken from them, the more evil grows. I, for one, don’t want that to happen. In this world riddled with evil, with growing centralized power, I want a good man with a good gun standing between me and those who want to strip me of my freedoms and my life. »

     

    Traduction libre : « Au fur et à mesure que les hommes sont rabaissés, qu’on leur enlève leur pouvoir, le mal grandit. Pour ma part, je ne veux pas que cela se produise. Dans ce monde plongé dans le mal, avec un pouvoir centralisé croissant, je veux qu’entre moi et ceux qui veulent me dépouiller de mes libertés et de ma vie se dresse un homme bon muni d’une bonne arme. »

     

    Lisez l’article: « Why We Need More Men With Guns, Not Less »

    Photo: Capture d'écran
     

    Une petite victoire contre les armes à feu ?

     

    Pourquoi les militants anti-armes à feu échouent-ils à faire aboutir des mesures de contrôle ? C’est la question au coeur d'une chronique du conservateur du New York Times Ross Douthat. Selon lui, une des raisons évidentes est d’ordre politique: les militants se servent des tragédies les plus choquantes pour lancer des appels à légiférer. Mais les mesures de contrôle proposées échouent, selon Douthat, à s’enraciner dans les massacres eux-mêmes. Ils en seraient trop déconnectés. La donne pourrait cependant changer avec la fusillade de Las Vegas, assure le chroniqueur.

     

    Extrait : « Seeking a modest precaution after such a monstrous bloodletting will no doubt strike gun control advocates as a hopelessly insufficient goal. But a cause that has been losing ground for 20 years can't be picky in the victories that it seeks. »

     

    Traduction libre : « Tenter d’instaurer une précaution modeste après une tragédie aussi sanglante sera sans doute perçu chez les partisans du contrôle des armes à feu comme un objectif désespérément insuffisant. Mais une cause qui n’a fait que perdre du terrain depuis 20 ans ne peut se permettre d’être difficile dans les victoires qu'elle convoite. »

     

    Lisez l’article: « Why Gun Control Loses, And Why Las Vegas Might Change That »

    Photo: Capture d'écran
     

    Prières contre politiques

     

    Les mesures proposées par les partisans d'un contrôle des armes à feu ne feraient rien pour arrêter les fusillades en masse, estime David French dans cette chronique pour le National Review. Pour lui, refuser d’appuyer les politiques inefficaces de contrôle des armes à feu n'équivaut pas à « ne rien faire ». Au contraire, le chroniqueur affirme que les défenseurs du Second Amendement ont avancé une foule d'idées pour lutter contre les crimes et limiter les morts liés aux armes à feu, y compris des idées susceptibles d'empêcher les fusillades de masse. Selon French, la diminution de la violence des dernières années démontre qu’il est possible de diminuer considérablement la violence armée tout en protégeant le Second Amendement.

     

    Extrait : « Let’s throw this challenge back to the Left. If you reject “thoughts and prayers” in favor of so-called common-sense gun control policies that wouldn’t stop either the Las Vegas shooting or any other mass shooting in the recent past, I’d ask that you’d do something actually constructive. Start praying. Because prayer helps. Your policies won’t. »

     

    Traduction libre : « Lançons un défi à la gauche. Si vous rejetez les “pensées et les prières” en faveur de politiques de contrôle des armes à feu allant soi-disant de soi, mais qui n'empêcheraient ni la fusillade de Las Vegas ni les autres fusillades de masse récentes, je vous demanderais d’au moins faire quelque chose de réellement constructif. Commencez par prier. Parce que la prière aide. Vos politiques non. »

     

    Lisez l’article: « Against the Misguided Moral Superiority of Gun Controllers »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.