Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Première visite du secrétaire général de l’OTAN aux États-Unis depuis l’élection de Trump

    Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg
    Photo: Thierry Charlier Agence France-Presse Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg

    Bruxelles — Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, entame lundi un déplacement de trois jours aux États-Unis, sa première visite à l’administration du président Donald Trump qui s’est montré très critique sur l’Alliance atlantique.

     

    M. Stoltenberg doit notamment rencontrer mardi le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, puis il participera mercredi à une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de la coalition internationale contre le groupe État islamique, a précisé l’OTAN dans un communiqué.

     

    Les membres européens de l’OTAN, surtout les pays de l’Est préoccupés par la Russie, ne cachent pas leurs inquiétudes après les déclarations du nouveau président américain qui a jugé l’OTAN « obsolète ».

     

    M. Mattis s’est voulu plus rassurant lors de sa première visite en Europe en février, mais il a réclamé une hausse de leurs budgets de la Défense. Faute de quoi, a-t-il mis en garde, les États-Unis pourraient « modérer leur engagement » envers l’Alliance atlantique.

     

    Au cours du week-end, M. Trump s’est livré à une diatribe contre l’Allemagne, affirmant que Berlin devait payer plus pour profiter du parapluie protecteur de l’OTAN et de Washington.

     

    L’Allemagne « doit d’énormes sommes d’argent » à l’OTAN et aux États-Unis qui lui « fournissent une défense très puissante et très coûteuse », a tweeté M. Trump moins de 24 heures après sa première rencontre en tête-à-tête avec la chancelière Angela Merkel à la Maison-Blanche.

     

    L’OTAN doit organiser fin mai un sommet à Bruxelles, qui serait la première occasion pour que ses 27 dirigeants fassent connaissance avec le nouveau président américain. La date, annoncée pour le 25 mai par le premier ministre belge Charles Michel, n’a pas encore été confirmée par l’organisation de coopération militaire.

     

    Les chefs de la diplomatie de l’Alliance doivent par ailleurs se retrouver à Bruxelles les 5 et 6 avril pour la première fois en présence de leur nouveau collègue américain, l’ancien p.-d.g. d’Exxon Mobile Rex Tillerson.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.