Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Catalogne: pression maximale à la veille d’un discours attendu sur l’indépendance

    9 octobre 2017 16h45 | Actualités internationales
    Jacques Klopp - Agence France-Presse respectivement à Barcelone et à Madrid
    Diego Urdaneta - Agence France-Presse
    Un drapeau catalan surplombe une manifestation des opposants à l'indépendance, à Barcelone, dimanche le 8 octobre.
    Photo: Manu Fernandez Associated Press Un drapeau catalan surplombe une manifestation des opposants à l'indépendance, à Barcelone, dimanche le 8 octobre.

    La Catalogne vivait lundi des heures d’extrême incertitude, son président séparatiste menaçant toujours de proclamer l’indépendance mardi au risque d’aggraver la pire crise politique depuis le rétablissement de la démocratie en Espagne.

    Soufflant le chaud et le froid et soumis à une énorme pression, Carles Puigdemont a averti dimanche soir, dans un entretien avec la télévision publique catalane, que, faute de médiation, « nous ferons ce que nous sommes venus faire », suggérant que la déclaration d’indépendance était encore d’actualité.

    De la décision du président indépendantiste catalan et des siens dépend le sort de 16 % de la population espagnole qui vit dans cette région du nord-est de l’Espagne, grande comme la Belgique, contribuant à hauteur de 19 % au PIB du pays.

    Carles Puigdemont a toujours promis d’aller de l’avant si le gouvernement espagnol du conservateur Mariano Rajoy n’acceptait pas de négocier un référendum en bonne et due forme, ce que ce dernier n’envisage dans aucun cas de figure.

    Les appels se sont multipliés pour faire dévier M. Puigdemont de sa trajectoire.
     

    « Si l’indépendance est déclarée unilatéralement, le gouvernement ne restera pas sans réponse », a insisté lundi la vice-présidente du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria, alors qu’on l’interrogeait sur l’application de l’article 155 de la Constitution, qui permettrait de retirer son autonomie à la région.

     

    Mme Santamaria en a directement appelé aux « nombreux indépendantistes » qui « ont peur parce que ni les entreprises ni l’Europe ne les ont appuyées » pour faire infléchir M. Puigdemont, un « fanatique » qui cherche à « précipiter la Catalogne vers l’abîme ».

     

    « Arrêtez tout », a aussi lancé Pedro Sanchez, le leader de l’opposition socialiste, à l’adresse de M. Puigdemont lors d’une conférence de presse à Barcelone, ajoutant qu’il « soutiendra la réponse de l’État ».


    Ada Colau, l’influente maire de gauche de Barcelone, s’est aussi prononcée contre une déclaration d’indépendance.

    Les pressions s’exerçaient également dans le camp du président séparatiste qui l’encourageait à aller jusqu’au bout. En l’absence de négociations, c’est une question de « crédibilité » et de « dignité », a assuré Jordi Sanchez, le président de la puissance association indépendantiste ANC (Assemblée nationale catalane).
     

    Tandis que le monde des affaires catalan exprime sa très forte inquiétude et que le groupe autoroutier Abertis a transféré à son tour son siège à Madrid, Nathalie Loiseau, la ministre française chargée des Affaires européennes, a rappelé qu’une déclaration d’indépendance signifierait que la Catalogne sortirait « automatiquement de l’Union européenne ».
     

    L’Europe suit avec grande inquiétude l’évolution de la crise. La chancelière allemande Angela Merkel s’est entretenue samedi au téléphone avec M. Rajoy et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, a ainsi annoncé Berlin.
     

    Divisions internes

    À droite et à gauche, des élus espagnols ont prévenu M. Puigdemont que « la Catalogne n’est pas le Kosovo » et qu’il n’y aurait pas en Espagne un nouveau phénomène de « balkanisation ».

    Bien isolé en Europe, le Parti national écossais (SNP), au pouvoir à Edimbourg, a quant à lui « demandé au gouvernement espagnol de respecter le vote massif en faveur du “oui” » au « référendum », interdit par la justice, que les autorités indépendantistes ont organisé le 1er octobre.

    L’élan séparatiste qui va crescendo depuis plusieurs années divise l’Espagne et la Catalogne elle-même.
     

    « Prou ! Recuperem el seny » (« Assez ! Retrouvons la raison »), ont clamé dimanche les opposants à cette sécession, qui représentent près de la moitié des quelque 7,5 millions d’habitants de la Catalogne.

     

    Selon les organisateurs, ils étaient près d’un million et selon la police municipale, 350 000 dans les rues de Barcelone.

    Le référendum du 1er octobre avait été marqué par des violences policières lorsque les forces de l’ordre dépêchées par Madrid avaient tenté d’en empêcher le déroulement dans une centaine de bureaux de vote.

    Les scènes dans lesquelles des policiers matraquaient des Catalans pacifiques ont choqué l’opinion.

    Et une nouvelle controverse a jeté encore un peu plus d’huile sur le feu lundi, Pablo Casado, un porte-parole du Parti populaire de M. Rajoy, ayant estimé que M. Puigdemont pourrait bien « finir » comme l’un de ses prédécesseurs, Lluis Companys, arrêté puis fusillé en 1940 sous Franco.

    Vers l'indépendance ?

    Les séparatistes catalans considèrent avoir remporté ce scrutin boycotté par leurs opposants avec 90 % des voix et un taux de participation de 43 %.

    Assez, disent-ils, pour déclarer l’indépendance. Et tous s’attendent à ce que cette déclaration, si elle intervient, se produise au cours d’une séance au parlement catalan où Carles Puigdemont doit s’exprimer mardi soir.

    Face à cette éventualité, une quinzaine de grandes sociétés au total, dont deux banques, CaixaBank et Banco de Sabadell, ont décidé de transférer leur siège social hors de Catalogne.


    Madrid promet au Conseil de l’Europe une enquête sur les violences de la police

    Strasbourg — Le gouvernement espagnol a accepté lundi de diligenter une enquête sur les violences de la police lors du référendum du 1er octobre en Catalogne, quelques jours après avoir opposé une fin de non recevoir à cette demande, a annoncé le secrétaire général du Conseil de l’Europe. Thorbjorn Jagland a obtenu cet engagement du chef de la diplomatie espagnole Alfonso Dastis Quecedo lors d’un entretien au siège du Conseil de l’Europe à Strasbourg, a précisé son porte-parole dans un communiqué. « Le ministre a confirmé à M. Jagland que l’Espagne allait diligenter une enquête sur les affrontements avec la police », a-t-il déclaré. Le commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe Nils Muiznieks avait adressé le 4 octobre une lettre au gouvernement espagnol pour lui demander de diligenter rapidement une enquête indépendante sur les accusations de brutalités policières durant le référendum, afin de « prévenir une escalade des tensions et de la violence » en Catalogne. Le ministre de l’Intérieur Juan Ignacio Zoido Alvarez lui avait opposé dans un premier temps une fin de non recevoir dans sa réponse datée du 6 octobre, rendue publique lundi par M. Muiznieks. « La convocation de ce référendum a été déclarée illégale par le tribunal constitutionnel qui a demandé aux autorités de bloquer toute initiative en contravention avec cette décision », avait souligné le ministre. « Aucune démocratie ne peut accepter la menace à l’ordre constitutionnel et à son intégrité territoriale que constitue la volonté d’imposer par la force un projet de rupture ​», avait-il conclu.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.