Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Nouvelle purge en Turquie, un an après le putsch manqué

    Des affiches, qui portent le logo de la présidence turque, ont également fait leur apparition ces derniers jours sur les panneaux publicitaires de villes turques montrant des dessins de citoyens faisant face à des soldats putschistes.
    Photo: Lefteris Pitarakis Associated Press Des affiches, qui portent le logo de la présidence turque, ont également fait leur apparition ces derniers jours sur les panneaux publicitaires de villes turques montrant des dessins de citoyens faisant face à des soldats putschistes.

    Istanbul — Plus de 7000 policiers, soldats et membres de ministères ont été limogés en Turquie à la veille des commémorations du putsch manqué du 15 juillet 2016 contre le président Recep Tayyip Erdogan.

     

    De façon quasi simultanée, le prédicateur Fethullah Gülen, qu’Ankara désigne comme le cerveau du coup d’État avorté, dénonçait, depuis les États-Unis où il vit, la « chasse aux sorcières » menée par les autorités turques.

     

    Au total, 7563 personnes ont été limogées par le biais d’un nouveau décret publié vendredi dans le cadre de l’état d’urgence en vigueur depuis un an, selon l’agence de presse officielle Anadolu.

     

    En outre, les autorités ont dégradé 342 militaires à la retraite, ajoute la même source.

     

    Accusant le prédicateur Fethullah Gülen d’être derrière le putsch, ce que nie l’intéressé, Ankara traque inlassablement ses sympathisants depuis un an : 50000 personnes ont été arrêtées, plus de 100 000 limogées.

     

    En tout, 4000 magistrats ont été radiés et l’armée turque, la deuxième de l’OTAN, est affaiblie, avec le limogeage — jusqu’au décret de vendredi — d’au moins 150 généraux.

     

    Dans un communiqué publié des États-Unis, le prédicateur a dénoncé un « putsch abject » et condamné la « persécution sans précédent » contre son mouvement « Hizmet » (« Service » en turc).

     

    « Malheureusement, dans la foulée de cette tragédie, on a porté atteinte à bien trop d’innocents. Illégalement limogés, arrêtés, emprisonnés et même torturés. Tous sous l’ordre du gouvernement », a tonné M. Gülen, qui vit en Pennsylvanie depuis des années et dont la Turquie réclame l’extradition.

     

    Il a encore accusé le « gouvernement de mener une chasse aux sorcières pour éliminer quiconque est considéré comme déloyal au président Erdogan et à son régime ».

     

    Face aux critiques, les autorités turques affirment que des mesures sont nécessaires pour nettoyer les institutions des partisans des réseaux gulénistes.

     

    Une « épopée »

     

    Session parlementaire extraordinaire, discours nocturne et hommages aux « martyrs » : la Turquie commémore samedi la tentative de putsch.

     

    Signe de l’importance historique pour les autorités de la mise en échec du coup d’État, les dirigeants et médias désignent cet événement par l’expression « épopée du 15 juillet », narrant à l’envi les « exploits » de ses « héros » et le « sacrifice » de ses 249 « martyrs » décédés.

     

    Des affiches, qui portent le logo de la présidence turque, ont également fait leur apparition ces derniers jours sur les panneaux publicitaires de villes turques montrant des dessins de citoyens faisant face à des soldats putschistes.

     

    Si la déroute des putschistes est saluée par M. Erdogan comme une victoire démocratique, les purges lancées depuis par les autorités ont suscité l’inquiétude des partenaires occidentaux d’Ankara et d’organisations de défense des droits de la personne.

     

    Outre les personnes limogées elles-mêmes, une source diplomatique européenne estime qu’« environ un million de personnes sont touchées directement ou indirectement par les purges ».

     

    En effet, une fois radiées, ces personnes perdent toute source de revenus, souvent leur domicile, ainsi que toute protection sociale pour elles et leurs proches, selon l’organisation Amnesty International.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.