Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Pyongyang dément toute implication dans la cyberattaque «WannaCry»

    Des spécialistes de la sécurité informatique estiment avoir découvert un lien potentiel entre la Corée du Nord et la cyberattaque mondiale lancée vendredi dernier.
    Photo: Yonhap / AFP Des spécialistes de la sécurité informatique estiment avoir découvert un lien potentiel entre la Corée du Nord et la cyberattaque mondiale lancée vendredi dernier.

    Nations unies — La Corée du Nord a catégoriquement démenti vendredi, aux Nations unies, être impliquée dans la récente cyberattaque mondiale.

     

    Au cours d’une conférence de presse au siège de l’ONU à New York, le représentant permanent adjoint nord-coréen, l’ambassadeur Kim In Ryong, a affirmé « qu’en ce qui concerne la cyberattaque, le lien établi avec la Corée du Nord est ridicule ».

     

    « Chaque fois que quelque chose d’étrange se produit », a-t-il ajouté, « de manière stéréotypée, les États-Unis et les forces hostiles lancent une campagne bruyante contre la Corée du Nord en faisant le lien » avec Pyongyang.

     

    Des spécialistes de la sécurité informatique estiment avoir découvert un lien potentiel entre la Corée du Nord et la cyberattaque mondiale lancée vendredi dernier, certains avertissant de nouvelles attaques possibles

     

    Neel Nehta, informaticien chez Google, a mis en ligne des codes informatiques montrant certaines similarités entre le virus « WannaCry », qui a touché 300 000 ordinateurs dans 150 pays, et une autre série de piratages attribuée à la Corée du Nord.

     

    Des experts ont rapidement conclu que ces indices, même s’ils ne sont pas complètement concluants, prouvent que Pyongyang est derrière cette attaque informatique.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.