Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les intempéries font 7 morts et 19 disparus en Haïti

    <p>À l’approche de la saison des ouragans, l’extrême vulnérabilité des départements ravagés en octobre par Matthew inquiète.</p>
    Photo: Hector Retamal Archives Agence France-Presse

    À l’approche de la saison des ouragans, l’extrême vulnérabilité des départements ravagés en octobre par Matthew inquiète.

    Port-au-Prince — Sept personnes sont mortes dans le nord d’Haïti et 19 pêcheurs sont portés disparus au large de la côte sud du pays après deux jours de pluie, a rapporté vendredi le ministère de l’Intérieur.

     

    « Nous n’avons pas cette fois observé d’inondations spectaculaires : il s’agissait plutôt de débordements de ravines », a expliqué Guillaume Albert Moléon, porte-parole du ministère.

     

    « Malheureusement, nous avons encore à déplorer le décès de gens qui n’ont pas suivi les consignes de sécurité et ont essayé de traverser des cours d’eau en crue », a-t-il ajouté, précisant que deux enfants en bas âge faisaient partie des victimes.

     

    Des travaux pour dégager les routes des alluvions sont en cours et les autorités poursuivent les recherches pour retrouver 19 pêcheurs portés disparus au large du département de la Grande-Anse, dans le sud-ouest du pays.

     

    Les conditions météorologiques devraient s’améliorer en fin de journée, mais le service maritime et de navigation a néanmoins renouvelé son appel à la vigilance.

     

    À l’approche de la saison des ouragans, l’extrême vulnérabilité des départements ravagés en octobre par Matthew inquiète.

     

    « Dans le grand sud, les sols sont saturés d’eau à 100 % », a relevé M. Moléon, signalant ainsi le fort risque d’inondations et de glissements de terrain dans cette région.

     

    Les villes se développent dans le pays sans réelle planification urbaine et de nombreux centres urbains sont régulièrement inondés par de simples orages.

     

    Et, faute d’infrastructures suffisantes, les zones rurales enclavées dans les montagnes sont régulièrement coupées du reste du pays par les rivières en crue.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.