Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le réchauffement climatique est très rapide, prévient le GIEC

    La planète aura dépassé la limite de 1,5 °C, jugée dangereuse, d’ici 20 ans

    Au moins 1500 maisons ont brûlé et 11 personnes ont été tuées lors des incendies en Californie en octobre dernier.
    Photo: David McNew/Getty Images/Agence France-Presse Au moins 1500 maisons ont brûlé et 11 personnes ont été tuées lors des incendies en Californie en octobre dernier.

    La faiblesse des engagements des pays signataires de l’Accord de Paris est telle que le réchauffement global dépassera 1,5 °C d’ici 20 ans, constate le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) dans l’ébauche de son prochain rapport, dont des extraits viennent de faire l’objet de fuites.

     

    Selon le GIEC, il existe un « risque très élevé » que la hausse des températures mondiales atteigne rapidement 1,5 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Or cette limite est décrite par plusieurs scientifiques comme celle à ne pas dépasser pour éviter les pires effets des bouleversements climatiques.

     

    Si les données inscrites dans l’ébauche du rapport du GIEC se révèlent exactes, la limite de 1,5 °C sera atteinte dès 2040. Dans le cadre de l’Accord de Paris, les 195 pays signataires se sont pourtant engagés à limiter, au mieux, le réchauffement à 1,5 °C d’ici 2100. Il s’agit d’ailleurs d’un scénario actuellement « extrêmement improbable », mais aussi très ambitieux, qui imposerait à la planète de réduire les émissions de 70 % à 95 % d’ici 2050.

     

    Les engagements pris jusqu’à présent par les États sont toutefois nettement insuffisants pour respecter cette cible, puisque l’humanité se retrouve toujours sur une dangereuse trajectoire climatique, avec un réchauffement qui pourrait dépasser les 3 °C ou 4 °C d’ici la fin du siècle.

     

    Cela signifie que la communauté internationale est encore loin de l’objectif minimal de l’Accord de Paris, soit de limiter le réchauffement « bien en deçà » de 2 °C. Une cible qui n’empêcherait toutefois pas la multiplication des événements climatiques extrêmes ni la fonte de certains glaciers continentaux, ce qui pourrait contribuer à l’élévation du niveau des océans.

     

    Quoi qu’il en soit, pour espérer limiter le réchauffement sous les 2 °C, voire à 1,5 °C, le rapport préliminaire du GIEC prévient que les énergies renouvelables comme le solaire et l’éolien devront devenir la forme dominante d’énergie d’ici 2050, au plus tard.

     

    Qui plus est, il faudra absolument « retirer » du CO2 de l’atmosphère terrestre pour espérer respecter les objectifs de l’Accord de Paris. Cela pourrait signifier, par exemple, de mener des projets de reboisement à grande échelle, un objectif difficile à atteindre en raison de la demande croissante pour les terres agricoles.

     

    Le GIEC indique en outre qu’au-delà des émissions de CO2, il est impératif de réduire les émissions de méthane, un gaz à effet de serre nettement plus puissant que le CO2. Ce gaz, libéré notamment dans le cadre de l’exploitation du pétrole et du gaz, se retrouve également en très grandes quantités dans le pergélisol de l’Arctique. Or, ce pergélisol tend à fondre en raison du réchauffement global, libérant ainsi ce que certains qualifient déjà de véritable « bombe climatique ».

     

    Le GIEC a réagi aux fuites de son ébauche de rapport en déplorant la situation et en rappelant que les documents préliminaires peuvent être substantiellement modifiés avant la publication officielle.

     

    Dans ce cas-ci, le rapport doit être publié en octobre 2018, soit avant la prochaine Conférence des parties (COP). C’est dans le cadre de ce sommet que les pays doivent faire le point sur les engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.