Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les zones mortes prennent de l’ampleur dans les océans

    On observe une croissance phénoménale d’algues qui, une fois mortes, se décomposent et monopolisent tout l’oxygène disponible.
    Photo: Sam McNeil Associated Press On observe une croissance phénoménale d’algues qui, une fois mortes, se décomposent et monopolisent tout l’oxygène disponible.

    Phénomène pour le moins préoccupant pour la vie marine, les « zones mortes » ne cessent de prendre de l’ampleur dans les océans du monde, selon une nouvelle étude publiée dans le magazine Science. Une situation imputable à l’activité humaine qui menace des pans entiers de la biodiversité.

     

    Selon les conclusions de cette étude internationale pilotée par plus d’une vingtaine de scientifiques, la superficie des « zones mortes », donc sans oxygène, a été multipliée par quatre depuis 1950.

     

    Des données déjà publiées par Nature Geoscience indiquent aussi que ces zones occupent une superficie dépassant les 245 000 km2 dans les mers du monde, notamment près des côtes. Et elles ne cessent de prendre de l’ampleur, de même que les zones où l’oxygène demeure présent, mais à des taux trop faibles pour assurer le maintien de biodiversité de la vie marine.

     

    Les chercheurs qui signent l’étude dans Science préviennent d’ailleurs que cet accroissement de la « désoxygénation » risque de mener à long terme à l’« effondrement » des écosystèmes marins et de générer une multitude d’impacts négatifs pour la société et l’économie.

    Photo: Science Cette carte répertorie les sites côtiers où les nutriments anthropogéniques ont exacerbé ou provoqué des déclins en oxygène (points rouges), ainsi que des zones d'oxygène océanique minimal à 300 mètres de profondeur (zones bleues ombrées).

    Activité humaine

     

    Selon les conclusions de cette nouvelle étude scientifique, cette multiplication des « zones mortes » est imputable en bonne partie au réchauffement climatique, notamment pour les zones situées en haute mer. Dans ce cas, la température plus élevée signifie que les océans retiennent moins d’oxygène.

     

    Quant au recul marqué de l’oxygène dans les régions côtières, celui-ci est principalement dû à l’apport de nutriments provenant de l’agriculture et des eaux usées de toutes sortes.

     

    Cet apport favorise une croissance phénoménale d’algues qui, une fois mortes, se décomposent et monopolisent tout l’oxygène disponible. C’est alors la mort assurée pour les autres êtres vivants.

     

    On observe chaque année ce phénomène dans le golfe du Mexique, où un véritable désert sous-marin se forme à partir du delta du Mississippi. C’est que le mythique fleuve draine près de 40 % des eaux des États-Unis, dont une bonne partie de celles qui s’écoulent des zones agricoles, notamment des champs de maïs.

     

    Même l’estuaire du Saint-Laurent n’échappe pas au phénomène d’hypoxie. En fait, le niveau d’oxygène y a connu une baisse importante au cours des dernières décennies.

     

    La réduction de la concentration d’oxygène dissous dans l’eau affecte au moins 1300 km2 de fonds marins dans l’estuaire.

     

    La région sous-marine touchée se situe essentiellement à Tadoussac et au large de Rimouski.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.