Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Énergie Est ne sera pas construit, affirme le PM du Nouveau-Brunswick

    TransCanada doit prendre une décision sur son pipeline d’ici une semaine

    Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant
    Photo: Stephen MacGillivray La Presse canadienne Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant

    Ardent partisan de la construction du pipeline Énergie Est, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, affirme aujourd’hui que le projet de TransCanada ne sera probablement jamais construit. Un lobbyiste québécois rémunéré par l’entreprise vient toutefois de renouveler ses mandats liés au projet, a constaté Le Devoir.

     

    Dans le cadre d’une entrevue au Telegraph-Journal, M. Gallant a indiqué qu’il a discuté à deux reprises avec le président et chef de la direction de TransCanada, Russ Girling, depuis la suspension de l’examen fédéral du projet, le 9 septembre dernier.

     

    À la suite de ces entretiens, il affirme qu’« il est réaliste de penser que la demande [déposée à l’Office national de l’énergie] n’ira pas plus loin ».

     

    Brian Gallant, qui a défendu le projet de TransCanada à plusieurs occasions depuis sa présentation, en 2014, souligne qu’après l’analyse des « conditions du marché » et de la « demande » pour le pétrole d’Énergie Est, la situation ne semble plus favorable pour la construction de ce pipeline, qui permettrait d’exporter du pétrole des sables bitumineux à partir d’un port situé au Nouveau-Brunswick.

     

    « J’ai demandé à Russ Girling s’il y avait quelque chose que nous pouvions faire. Il nous a répondu qu’en ce moment, non », précise M. Gallant au Telegraph-Journal. « Il n’y a pas de doute, à ce moment-là, que le projet ne se sera pas réalisé », laisse-t-il tomber, ajoutant qu’il serait « agréablement surpris » que le projet survive.

     

    Plaidoyer à Ottawa

     

    Le premier ministre du Nouveau-Brunswick promet cependant d’aborder le sujet lors de la rencontre qui se tiendra ce mardi à Ottawa avec ses homologues des autres provinces et Justin Trudeau. Cette rencontre a été convoquée par le fédéral pour discuter essentiellement de croissance économique.

     

    Favorable au projet de pipeline Énergie Est, Brian Gallant a écrit une lettre au premier ministre Justin Trudeau en septembre pour dénoncer la décision de l’Office national de l’énergie (ONE) de tenir compte de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre dans l’examen du pipeline Énergie Est. Selon lui, le fédéral devrait assumer le coût d’une telle analyse.

     

    C’est à la suite de cette décision de l’ONE que TransCanada a demandé le 8 septembre une « suspension » de 30 jours de l’examen fédéral du projet de pipeline, le temps d’analyser les impacts des nouvelles règles d’évaluation de l’ONE pour son pipeline.

     

    L’échéance des 30 jours signifie que TransCanada devrait prendre une décision d’ici le lundi 9 octobre. Interpellé lundi, le porte-parole de la pétrolière albertaine, Tim Duboyce, n’a toutefois pas voulu commenter davantage sur la situation du projet.

     

    Mandats de lobbyistes renouvelés

     

    La sortie publique de Brian Gallant survient au moment où un lobbyiste-conseil rémunéré par TransCanada vient de renouveler des mandats de lobbying au Québec liés directement au projet Énergie Est, a constaté Le Devoir.

     

    Le lobbyiste Richard Brosseau a renouvelé le 25 septembre dernier quatre mandats de lobbying pour TransCanada, et ce, jusqu’en septembre 2018. Un des mandats a pour but de faire des « représentations afin que les orientations prises par le gouvernement provincial et les instances municipales soient favorables au développement du projet de pipeline interprovincial, et plus spécifiquement, les représentations afin d’établir un cadre de processus volontaires de consultation publique et d’autorisations adaptés à ce projet ».

     

    TransCanada a toujours, à l’heure actuelle, 11 lobbyistes-conseils rémunérés par l’entreprise inscrits au registre québécois. Qui plus est, la pétrolière albertaine a inscrit 15 lobbyistes qui représentent directement les intérêts de l’entreprise.

     

    Le pipeline Énergie Est, d’une longueur totale de 4600 kilomètres, traverserait le territoire de six provinces, de l’Alberta au Nouveau-Brunswick. Au Québec, le pipeline aurait une longueur de 625 kilomètres. Il traverserait le territoire de plusieurs municipalités, quelques centaines de cours d’eau, des terres agricoles et des milieux naturels protégés.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.