Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Trans Mountain demande une exemption à l’Office national de l’énergie

    Les infrastructures de l'oléoduc Kinder Morgan de Trans Mountain, à Edmonton
    Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne Les infrastructures de l'oléoduc Kinder Morgan de Trans Mountain, à Edmonton

    Calgary — Kinder Morgan Canada a demandé à l’Office national de l’énergie (ONE) de l’exempter d’une condition d’approbation du projet de prolongement de l’oléoduc Trans Mountain parce que ça pourrait retarder le projet.

     

    Shawn Denstedt, un avocat du cabinet Osler, Hoskin Harcourt, qui représente la filiale de Kinder Morgan Canada, Trans Mountain, a écrit dans une lettre à l’ONE que son client a besoin d’être autorisé à installer des nattes pour dissuader la reproduction des poissons dès que possible avant la saison du frai.

     

    L’Office national de l’énergie a indiqué à l’entreprise la semaine dernière qu’elle devait arrêter d’installer ces tapis dissuasifs en plastique parce qu’ils sont considérés comme de la construction et que l’entreprise n’a pas encore obtenu toutes les autorisations pour la construction du pipeline.

     

    Me Denstedt a déclaré que si l’organisme de réglementation n’accède pas rapidement à la demande de Trans Mountain, l’installation des nattes et la construction des ouvrages qui y sont associés pourraient être retardées d’un an, ce qui pourrait avoir une incidence sur la date d’achèvement du projet.

     

    L’ONE a annoncé jeudi qu’il poursuit son évaluation, mais que Trans Mountain a suspendu ses plans pour l’installation de cinq autres tapis dissuasifs après en avoir installé huit.

     

    Le projet controversé de 7,4 milliards de dollars de Trans Mountain, qui pourrait tripler la capacité de l’oléoduc qui va de l’Alberta à la côte sud de la Colombie-Britannique, est surveillé attentivement par de nombreux écologistes, groupes autochtones et du gouvernement de la Colombie-Britannique qui s’y opposent.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.