Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Ottawa évaluera les impacts d’une production de saumons OGM dans l’Î.-P.-É

    28 juillet 2017 | Kevin Bissett - La Presse canadienne à Fredericton | Actualités sur l'environnement
    Le gouvernement fédéral ne ferme pas la porte à la production de saumons génétiquement modifiés pour consommation humaine dans l’Île-du-Prince-Édouard.
    Photo: Robert F. Bukaty La Presse canadienne Le gouvernement fédéral ne ferme pas la porte à la production de saumons génétiquement modifiés pour consommation humaine dans l’Île-du-Prince-Édouard.

    Le gouvernement fédéral ne ferme pas la porte à la production de saumons génétiquement modifiés pour consommation humaine dans l’Île-du-Prince-Édouard, mais il prévient que ce projet sera soumis à des exigences strictes.

     

    Dans une lettre transmise à des groupes environnementaux, la ministre fédérale Catherine McKenna précise que si l’entreprise AquaBounty Technologies souhaite produire ses saumons « AquAdvantage » à Rollo Bay, dans l’île, elle devra d’abord soumettre son projet à une évaluation environnementale, en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement de 1999.

     

    La précision a été bien accueillie par Mark Butler, de l’organisme Ecology Action Centre, installé en Nouvelle-Écosse. Le groupe souhaitait en effet une évaluation scientifique des risques pour l’environnement que fait peser cette production de saumons génétiquement modifiés pour distribution au Canada.

     

    L’organisme rappelle qu’il n’existe actuellement aucune étude qui a mesuré les impacts d’une telle production commerciale, notamment sur la population de saumons sauvages.

     

    Selon M. Butler, nous serions peut-être en présence du tout premier animal génétiquement modifié dans le monde qui se retrouverait dans les rayons des supermarchés.

     

    Son organisme et d’autres, comme Living Oceans Society, Earth Action PEI et Ecojustice, craignent notamment que des saumons génétiquement modifiés ne s’échappent des bassins d’aquaculture et se reproduisent ensuite avec des saumons de l’Atlantique.

     

    « On ne pourra remettre le génie dans la bouteille, prévient M. Butler. On verrait ensuite des saumons sauvages avec du matériel génétique d’autres espèces — ce qui n’arrive jamais dans la nature. »

     

    En juin, le gouvernement de l’île a permis à l’entreprise AquaBounty d’amorcer la construction d’une installation terrestre à Rollo Bay en vue de cette aquaculture. Les opposants avaient alors demandé au gouvernement fédéral d’obtenir des éclaircissements sur tout le projet. La ministre McKenna leur a donc promis cette semaine une évaluation environnementale.

     

    La direction d’AquaBounty n’a pas rappelé La Presse canadienne. Son saumon « AquAdvantage » contient du matériel génétique de la loquette d’Amérique et du saumon du Pacifique, ce qui lui permettrait d’atteindre une taille adulte plus rapidement que le saumon de l’Atlantique.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.