Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Un sauveteur de cétacés tué par une baleine

    Le fondateur d’une équipe spécialisée périt au large du Nouveau-Brunswick

    12 juillet 2017 | Alexandre Shields - Avec La Presse canadienne | Actualités sur l'environnement
    Les opérations pour libérer des baleines de plus de 60 tonnes sont toujours risquées pour les sauveteurs.
    Photo: Center for Coastal Studies Les opérations pour libérer des baleines de plus de 60 tonnes sont toujours risquées pour les sauveteurs.

    Accident tragique au large du Nouveau-Brunswick lundi. Un des fondateurs de la Campobello Whale Rescue Team (CWRT), qui libère chaque année plusieurs baleines empêtrées dans des engins de pêche, a été tué par une baleine noire qu’il venait justement de libérer.

     

    Joe Howlett, 59 ans, de l’île Campobello, au Nouveau-Brunswick, a été tué dans le golfe du Saint-Laurent au large de Shippagan, dans la Péninsule acadienne.

     

    Mackie Green, de l’Équipe de sauvetage des baleines de Campobello, a expliqué mardi que son confrère aurait été heurté par la baleine qui venait tout juste d’être libérée et qui s’apprêtait à repartir. « Ils l’avaient complètement dépêtrée et ensuite, quelque chose d’étrange est survenu et la baleine a fait un gros saut », a dit M. Green, qui menait régulièrement ce genre d’opération avec M. Howlett depuis 2002.

     

    « Joe ne voudrait sûrement pas qu’on arrête à cause de cela. C’est quelque chose qu’il aimait et il n’y a pas un meilleur sentiment que de libérer une baleine, et je sais à quel point il se sentait bien après avoir libéré cette baleine », a-t-il ajouté.

     

    Joe Howlett participait en effet à une énième opération très risquée de libération d’une baleine noire de l’Atlantique Nord empêtrée dans un engin de pêche, quelques jours à peine après avoir libéré un autre animal de cette espèce en voie de disparition.
     

    Une vidéo montrant Joe Howlett participant à la libération d'une baleine noire empêtrée, en 2016. 


    Expertise unique

     

    Ce genre de situation, qui implique également souvent des baleines à bosse, est d’ailleurs « fréquent » dans les eaux de l’Est canadien, rappelle le directeur scientifique du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), Robert Michaud.

     

    La CWRT est d’ailleurs une des seules dans tout l’est du pays à pouvoir intervenir pour libérer des baleines, et plus particulièrement des baleines noires. « Les équipes doivent être très bien formées pour répondre à ce genre de situation, parce que cette espèce peut être imprévisible. C’est le cas de l’équipe de Campobello, qui a mené ce genre d’opération plusieurs dizaines de fois », souligne M. Michaud.

     

    La CWRT s’était même déplacée au Québec en 2013 pour participer aux tentatives malheureuses de libération du rorqual commun Capitaine Crochet, une véritable « vedette » du parc marin du Saguenay–Saint-Laurent. Elle peut d’ailleurs être appelée sur différents cas qui se dérouleraient dans les eaux québécoises, précise M. Michaud.

     

    Ce genre d’opération, menée le plus souvent à bord de zodiacs, est d’autant plus dangereuse que les baleines à libérer peuvent facilement dépasser les 15 mètres de longueur et peser plus de 60 tonnes. Qui plus est, des animaux en détresse et épuisés peuvent se débattre et représenter un risque majeur pour les spécialistes qui tentent d’intervenir pour leur venir en aide.

     

    Opération dangereuse

     

    L’équipage dont M. Howlett faisait partie naviguait lundi à bord d’un bateau de Pêches et Océans Canada, qui soutient les opérations de la CWRT. Le ministre Dominic LeBlanc a d’ailleurs publié mardi une déclaration officielle au sujet de la mort de Joe Howlett, qui était aussi un pêcheur de homards.

     

    « La participation à de telles opérations de sauvetage exige énormément de courage et de passion pour la préservation du bien-être de mammifères marins, a déclaré le ministre. L’expérience et la contribution notables de monsieur Howlett en matière de sauvetage des baleines se sont illustrées très récemment lors de son rôle crucial dans la libération d’une baleine empêtrée le 5 juillet dernier. »

     

    « Comme dans toute opération de libération, il y a de sérieux risques qui y sont associés. Chaque situation est unique et ces baleines peuvent s’avérer imprévisibles, a ajouté M. LeBlanc. Nous venons de perdre un membre irremplaçable de la communauté de sauvetage des baleines. »

     

    Pêcheurs et baleines

     

    Joe Howlett et son collègue Mackie Green ont fondé ensemble en 2002 la Campobello Whale Rescue Team, une entreprise d’observation, mais aussi de sauvetage des baleines.

     

    Leur objectif, rappelle M. Michaud, était d’aider les animaux, mais aussi les pêcheurs, qui doivent parfois gérer des situations où des baleines s’empêtrent dans leurs engins de pêche, qu’il s’agisse de filets, de casiers à homards ou de cages de crabes.

     

    Pour Jerry Conway, de l’Institut canadien des baleines, la mort de M. Howlett est donc une grande perte pour la communauté des pêcheurs et des scientifiques qui travaillent à aider les baleines piégées dans des engins de pêche, une des deux principales causes de mortalité pour les baleines noires.

     

    Le directeur scientifique du GREMM estime en outre que la présence possiblement de plus en plus fréquente des baleines noires dans le Saint-Laurent devrait susciter une « réflexion » sur les moyens mis en place pour le sauvetage de ces animaux.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.