Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Sears Canada veut liquider tous ses magasins

    «Malheureusement, la formule a sans doute fait son temps»

    11 octobre 2017 | La Presse canadienne à Toronto | Actualités économiques
    Sears Canada a déclaré qu’«après avoir déployé des efforts considérables», elle n’avait reçu «aucune proposition viable permettant la continuité de ses activités».
    Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Sears Canada a déclaré qu’«après avoir déployé des efforts considérables», elle n’avait reçu «aucune proposition viable permettant la continuité de ses activités».

    Sears Canada demande l’approbation de la cour pour pouvoir effectuer la liquidation de ses quelque 130 magasins et actifs restants, laissant approximativement 12 000 employés sans emploi.

     

    Le détaillant est exploité depuis juin sous la protection de la cour en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. Le tribunal qui supervise les activités de Sears Canada devrait entendre une motion vendredi qui demandera son approbation pour une liquidation complète et le démantèlement des activités.

     
    12 000
    C’est le nombre d’employés de Sears qui se retrouveront sans emploi

    Mardi dernier, Sears avait reçu une offre d’achat révisée présentée par un groupe d’acheteurs dirigé par son ancien président exécutif Brandon Stranzl. Un avocat du contrôleur nommé par la cour avait alors indiqué que Sears Canada étudierait l’offre, mais que l’entreprise commençait à manquer de temps et d’argent pour prendre une décision. Mardi, Sears Canada a déclaré par communiqué qu’« après avoir déployé des efforts considérables », elle n’avait reçu « aucune proposition viable permettant la continuité de ses activités ».

     

    L’entreprise aimerait obtenir le feu vert pour sa liquidation d’ici le 19 octobre et s’attend à ce que ses activités se poursuivent pendant 10 à 14 semaines.

     

    Selon Louis Hébert, professeur de stratégie à HEC-Montréal, il arrive que des entreprises soient incapables de se restructurer malgré la protection de la loi sur la faillite, de sorte qu’elles se voient obligées de se liquider ou de disparaître. « Il faut dire que le commerce de détail est un peu sens dessus dessous. C’est un domaine qui est appelé à se restructurer encore plus dans le futur avec le commerce électronique, les nouveaux formats, les nouvelles façons de faire, la démographie… Tous ces facteurs-là font que le commerce de détail est obligé d’évoluer, et cette évolution-là se fait parfois par des noms qu’on connaît bien, qui disparaissent », explique-t-il.

     

    M. Hébert ajoute qu’il peut être difficile de se réinventer lorsqu’on a un nom connu et une histoire comme celle de Sears. « C’est l’inconvénient de son avantage : tout le monde connaît Sears, mais c’est cette image-là qui était difficile à changer. Ces grandes entreprises sont difficiles à transformer. Il y a des gens qui s’attendent à avoir quelque chose de Sears et l’entreprise se retrouve prise entre deux feux : essayer de migrer vers une nouvelle clientèle avec les risques que ça implique et courir le risque de perdre sa clientèle traditionnelle. Malheureusement, la formule Sears avait sans doute fait son temps. »

     

    Sears Canada compte actuellement 74 grands magasins, huit magasins Sears Décor et environ 49 magasins d’électroménagers et de matelas Sears, selon le porte-parole de l’entreprise, Joel Shaffer. Le détaillant compte environ 12 000 employés, dont les trois quarts travaillent à temps partiel, a-t-il ajouté. La majorité des quelque 800 employés du siège social de Sears Canada quitteront l’entreprise dès la semaine prochaine.

     

    Ces chiffres n’incluent pas les suppressions de 2900 emplois annoncées par Sears Canada en juin, lorsque l’entreprise a annoncé la fermeture de 20 grands magasins, de 15 magasins Sears Décor, de 10 magasins de liquidation et de 14 magasins d’électroménagers et matelas Sears. Sears Canada a déclaré par communiqué, mardi, qu’elle regrettait « sincèrement cette issue prochaine, tout comme les emplois qui seront perdus et la fermeture des magasins ».

     

    Un groupe de créanciers qui ont allongé du financement de débiteur en possession de ses biens à Sears Canada pour l’aider à garder ses magasins ouverts encourageait cependant le détaillant à signer un accord de liquidation avant le 7 octobre. Les prêteurs souhaitaient qu’un accord de liquidation soit approuvé par la cour lors d’une audience prévue le 13 octobre, afin de pouvoir entreprendre la liquidation avant l’importante saison des Fêtes et de maximiser la valeur des biens.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.