Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le pétrole termine en hausse après un rapport mitigé de l’AIE

    Il y a eu une petite progression du nombre de nouveaux puits aux États-Unis.
    Photo: David J. Phillip Associated Press Il y a eu une petite progression du nombre de nouveaux puits aux États-Unis.

    New York — Les cours du pétrole coté à New York ont terminé la séance en légère hausse vendredi après un rapport mitigé de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) sur le marché mondial et une petite progression du nombre de nouveaux puits aux États-Unis.

     

    Le baril de « light sweet crude » (WTI) pour livraison en septembre a terminé à 48,82 $US sur le New York Mercantile Exchange, prenant 23 ¢US par rapport à la clôture de jeudi. Le prix du baril, en repli à l’ouverture, s’est redressé en toute fin de séance après la diffusion des chiffres de l’entreprise Baker Hughes montrant que le nombre total de puits actifs aux États-Unis avait modestement progressé la semaine dernière à 768 puits. La faiblesse de cette hausse « signifie que les compagnies qui effectuent ces forages réduisent leurs dépenses d’investissements pour 2017, a remarqué Andy Lipow, de Lipow Oil Associates. Cela va peut-être freiner la croissance de la production américaine et aider à résorber un peu de l’offre en excès sur le marché. »

     

    L’AIE a diffusé vendredi un rapport mitigé sur le marché mondial du pétrole. L’organisation a d’une part légèrement revu à la hausse vendredi sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2017 : elle anticipe désormais une progression de la demande de 1,5 million de barils par jour (mbj), à 97,6 mbj en moyenne sur l’année, soit 0,1 mbj de plus que lors de la précédente estimation en juillet. Pour 2018, toutefois, la croissance devrait être un peu plus faible, à 1,4 mbj (inchangé par rapport au mois dernier), pour atteindre 99 mbj.

     

    Mais l’agence basée à Paris a aussi mis en avant le fait que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et d’autres pays partenaires (dont la Russie) ne respectaient pas complètement les quotas qu’ils se sont imposés.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.