Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Québec

    Transcontinental met en vente ses hebdos

    Le journal «Métro» fait partie des publications dont l’entreprise veut se départir

    Le journal «Métro» est mis en vente, tandis que des médias spécialisés pour les milieux d’affaires, de la finance et de la construction sont épargnés.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Le journal «Métro» est mis en vente, tandis que des médias spécialisés pour les milieux d’affaires, de la finance et de la construction sont épargnés.

    Transcontinental poursuit son recentrage dans les domaines de l’impression et sa transformation vers l’emballage souple. Après la Saskatchewan et l’Atlantique, les hebdos du Québec et de l’Ontario de TC Média sont à leur tour mis en vente.

     

    Le processus de mise en vente annoncé mardi vise 93 publications locales et régionales (dont 92 au Québec) et les sites Web associés, incluant le journal Métro de Montréal. Sont exclus les médias spécialisés pour les milieux d’affaires, de la finance et de la construction, les activités d’édition d’ouvrages pédagogiques et les activités de distribution réalisées par l’entremise de Publisac et de Targeo. Un millier d’emplois sont concernés par l’opération de vente.

     

    « Nous sommes persuadés que la vente de ces actifs à des acteurs locaux représente la meilleure avenue pour contribuer à la pérennité de la presse locale et favoriser une plus grande proximité avec les annonceurs et les communautés desservies », a souligné François Olivier, président et chef de la direction de TC Transcontinental. Il est ajouté dans le communiqué que « TC Transcontinental demeurera engagée au sein de cette industrie. La société prévoit conclure des ententes avec les acquéreurs potentiels pour ce qui est de l’impression et de la distribution des journaux. Elle demeurera également l’éditrice des journaux qui seraient invendus. »

    92
    Nombre de publications québécoises visées par le processus de mise en vente
     

    «Stratégie d’affaires»

     

    Katherine Chartrand, directrice principale des communications d’entreprise, indique que l’impact du projet de loi permettant aux municipalités de publier leurs avis publics en ligne, sur leur site, et la tiédeur des mesures de soutien aux médias écrits présentées dans le budget Leitão ont eu peu d’incidences. Cette décision « s’inscrit dans notre stratégie d’affaires visant la transformation de TC Transcontinental ». L’entreprise a vendu son actif média en Saskatchewan en 2016. La semaine dernière, elle annonçait la vente de 28 publications et de quatre usines d’impression dans les Maritimes à la société mère de The Chronicle Herald.

     

    Et Mme Chartrand d’insister : « Cela ne nous empêche pas de demeurer au sein de la Coalition pour la pérennité de la presse d’information au Québec et de partager la même position énoncée le 28 mars, à savoir que les mesures visant à appuyer les médias écrits dans leur transformation numérique sont insuffisantes. »

     

    Accueil favorable

     

    Pour sa part, le directeur général d’Hebdos Québec, Gilber Paquette, a accueilli favorablement l’annonce de Transcontinental. De toute évidence, « il n’y a pas d’acheteurs nationaux ni d’intérêt parmi les grandes entreprises médias. Cela ouvre la porte à un renforcement du positionnement des indépendants, cela permet aux joueurs locaux de s’organiser », a précisé le d.g. de l’association représentant 31 journaux hebdomadaires indépendants francophones.

     

    Transcontinental retenait 75 % du marché après l’acquisition, conclue en 2014, des hebdomadaires de Sun Media au Québec. Avec la décision de Transcontinental, « nous obtenons un retour du balancier vers l’atteinte d’un équilibre pour les indépendants », soutient Gilber Paquette. Selon lui, les acheteurs sont nombreux au Québec pour ces publications et il rappelle que l’impératif ou la notion de rendement diffère selon que l’entreprise est inscrite en Bourse ou non. « Il y a des acheteurs, mais les enjeux de financement de ces transactions demeurent », nuance-t-il.

     

    Gilber Paquette revient à la question de l’autopublication des avis publics, qui survient à un mauvais moment alors que les médias sont poussés vers le numérique. Pour la Coalition, regroupant Transcontinental, Le Devoir, Groupe Capitales Médias, Hebdos Québec et des hebdos anglophones, « c’est une affaire de 7 millions par année. Pour nous, les indépendants, cela représente 1,8 million. C’est majeur pour notre modèle d’affaires ! » a-t-il calculé.

     

    Affirmant également que les récentes mesures budgétaires sont nettement insuffisantes, le d.g. d’Hebdos Québec poursuit l’offensive menée au sein de la Coalition, estimant qu’il n’y a pas d’unanimité présentement parmi le caucus libéral, qu’il y a une division alimentée par la pression venant des députés régionaux.

    Pour une protection de l’information régionale La Fédération nationale des communications (CSN) se dit inquiète à la suite de l’annonce faite par Transcontinental. « De telles ventes en- traînent toujours leur lot de restructurations et participent à l’érosion de l’information régionale qui est déjà mal en point. Le gouvernement aurait dû agir davantage pour protéger la qualité de l’information et ainsi soutenir les médias régionaux. Ce qui a été annoncé à cet effet dans le dernier budget est nettement insuffisant », ajoute la CSN, qui soutient que les mesures présentées excluent de facto les médias de Transcontinental. Citant une récente étude d’Influence communication, elle ajoute que « moins de 1% de tout le contenu médiatique quotidien au Québec porte sur les régions, alors que ce pourcentage s’élevait à 8% au début des années 2000 ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.