Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Comment devenir adulte

    Samsara Théâtre explore l’univers des adolescents laissés à eux-mêmes

    13 janvier 2018 |Marie Fradette | Théâtre
    «La nuit // La vigie» permet de réfléchir à la difficile réalité des jeunes urbains vivant en milieu défavorisé, tout comme aux nombreuses questions qui les tourmentent.
    Photo: Cédric Delorme-Bouchard «La nuit // La vigie» permet de réfléchir à la difficile réalité des jeunes urbains vivant en milieu défavorisé, tout comme aux nombreuses questions qui les tourmentent.

    Ils sont cinq adolescents réfugiés entre des murs si minces que l’on entend le voisin respirer. Mylane tente d’exister dans le regard des autres, Steven veut se déposer quelque part, alors que Van rêve de partir. Djou cherche quant à elle une façon d’être grande et Beef, son frère, veut devenir mâle. Chacun exprime son ardent besoin d’être, de savoir, de comprendre, de mettre en question la vie, la norme, le paraître.

     

    C’est après avoir joué le rôle de « grande soeur » auprès d’une petite fille d’Hochelaga-Maisonneuve en 2003 que la comédienne et auteure Véronique Pascal a l’idée de créer La nuit // La vigie, une pièce sur un groupe d’adolescents laissés à eux-mêmes. Ils parlent la langue de la rue, s’expriment comme ils le peuvent avec toutes leurs blessures, leur amour et leur espoir. C’est dans une maison modeste que nous les retrouverons, fragiles, mais solidaires, pauvres, et espérant.

     

    Dans une mise en scène signée Jean-François Guilbault — qui nous a notamment donné la pièce Noyades —, La nuit // La vigie permettra de réfléchir à la difficile réalité des jeunes urbains vivant en milieu défavorisé, tout comme aux nombreuses questions qui les tourmentent. Grandir, devenir adulte dans ce monde. La compagnie Samsara s’évertue à offrir des créations pour la jeunesse dans lesquelles il y a cette éternelle question du cheminement et des étapes importantes de la vie. À voir dès la semaine prochaine en grande première à la Maison Théâtre.

     

    Pièces en vrac

     

    Les adolescents et les jeunes adultes seront choyés ce printemps avec Hurlevents de Fanny Britt. Sans avoir fait une adaptation des Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë, Britt s’est nourrie du classique pour nous amener ailleurs, au coeur de la génération Y. Dans une mise en scène de Claude Poissant, elle offre une réflexion sur la jeunesse et la maturité. À voir à la salle Fred Barry du théâtre Denise-Pelletier dès le 31 janvier.

     

    À découvrir à la Maison Théâtre, Nous/eux, une création du théâtre flamand Bronks présentée à Reims en 2017 lors du festival Meli’Môme. Avec pour point de départ une prise d’otages qui a eu lieu à l’école de Beslan en Russie en 2004, la pièce écrite et mise en scène par Carly Wijs traite d’une actualité qui secoue notre époque.

    Photo: Vincent Champoux Une scène de la pièce pour les petits «L’hôpital des poupées»

    Si la pièce flamande saura plaire aux 7-12 ans, ces derniers seront aussi conviés par le Théâtre de l’Avant-Pays à la fin de janvier à la Maison Théâtre. Écrite par Rébecca Déraspe et mise en scène par la marionnettiste Dinaïg Stall, la pièce Partout ailleurs investira le thème de la fuite dans un théâtre d’ombres.

     

    Et, enfin, les plus petits pourront se laisser porter par L’hôpital des poupées qui s’amène à la Maison Théâtre en février, une pièce sur l’enfance qu’on laisse derrière soi. Aux Gros Becs en mars, une toute nouvelle création du Théâtre de l’Aubergine intitulée Riopée mettra en scène quatre clowns réunis dans un désir de rejoindre l’autre. Pour les amateurs d’art clownesque, il faudra aussi surveiller la programmation du Réseau scènes dans laquelle Pss Pss, de la compagnie suisse Baccalà, s’épivarde sans paroles pour amuser toute la famille.

    Talents recherchés Le Théâtre Le Clou ne perd pas de temps. Après 20 ans à jouer les Zurbains — volet qui a pris fin en décembre dernier —, la compagnie repart à la recherche de talents avec le Scriptarium. En amont du projet, Stéphane Crête a envoyé une lettre provocatrice aux jeunes des écoles secondaires leur reprochant d’être une génération de paresseux. Ces derniers étaient invités à répondre au comédien pour le convaincre du contraire. Les missives retenues permettront la création du spectacle et la pièce sera présentée à la salle Fred-Barry du théâtre Denise-Pelletier en mai.
    La nuit // La vigie
    Texte de Véronique Pascal, mise en scène de Jean-François Guilbault, avec Kathleen Aubert, Benjamin Bienvenue-Déziel, Solo Fugère, Audrey Guériguian et Véronique Pascal. Une création de Samsara Théâtre. Présentée à la Maison Théâtre du 17 au 21 janvier. Pour les 14-17 ans.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.