Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Lorraine Pintal célèbre un quart de siècle à la barre du TNM

    12 septembre 2017 |Caroline Montpetit | Théâtre
    Lorraine Pintal et Loui Mauffette ont été honorés par le milieu théâtral et la grande famille du TNM, lundi à Montréal. Ils travaillent ensemble depuis 25 ans au théâtre de la rue Sainte-Catherine.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Lorraine Pintal et Loui Mauffette ont été honorés par le milieu théâtral et la grande famille du TNM, lundi à Montréal. Ils travaillent ensemble depuis 25 ans au théâtre de la rue Sainte-Catherine.

    Des comédiens, metteurs en scène et amis du Théâtre du Nouveau Monde ont profité de la remise des prix Gascon-Roux lundi soir pour rendre hommage à Lorraine Pintal, qui célèbre cette année ses 25 ans à la barre du TNM.

     

    Les personnes invitées à remettre les prix aux lauréats ont donc souligné de diverses façons cette longévité remarquable à la tête de l’institution.

     

    La comédienne Marie Tifo, que Lorraine Pintal a recrutée pour sa première mise en scène au TNM, celle de Ha ha !... de Réjean Ducharme, se souvient que Pintal l’avait « choisie » sans même lui demander de passer d’audition. « À la télévision, on me connaissait comme une actrice douce et gentille, alors que je ne suis pas cela du tout, se souvient-elle. Et d’être choisie, comme cela, cela donne toute la liberté, c’est extraordinaire. »

     

    Loui Mauffette, attaché de presse, est arrivé au Théâtre du Nouveau Monde en même temps que Lorraine Pintal, il y a 25 ans. Sans vouloir dénigrer le travail de ses prédécesseurs, il se souvient que le TNM était alors en bien moins bonne santé qu’il ne l’est aujourd’hui, et que Lorraine Pintal y a dirigé des rénovations tout en s’impliquant dans une programmation visant divers publics. D’ailleurs, M. Mauffette a aussi été salué lundi soir pour son travail au TNM, comme « l’homme de l’ombre ».

     

    Le metteur en scène René Richard Cyr a lui aussi été de la première programmation de la direction de Lorraine Pintal, alors qu’il a mis en scène Le malentendu, de Camus. Par sa programmation, dit-il, Lorraine Pintal aura réussi à garder toutes les avenues du TNM ouvertes, en mettant à l’affiche des créations, des pièces d’exploration et du théâtre de répertoire, et en laissant une place à la relève. Il parle d’une directrice de théâtre très présente, qui s’implique dans la production de chacune des pièces présentées. Plusieurs lui savent gré d’avoir su faire des succès avec des textes difficiles comme ceux de Claude Gauvreau par exemple.

     

    Loui Mauffette parle de Lorraine Pintal comme d’un gladiateur. Marie Tifo dit d’elle qu’elle est toujours impeccable. La comédienne se souvient d’ailleurs de l’émoi qu’avait créé Lorraine Pintal lorsqu’elle avait annulé, à quelques heures de la représentation, la première de l’adaptation de L’hiver de force, de Réjean Ducharme, parce qu’elle sentait que l’équipe n’était pas prête. La pièce a été reprise, avec un très grand succès, un an plus tard.

     

    En avril 2014, Mme Pintal s’est présentée comme candidate pour le Parti québécois dans Verdun, où elle a été battue. Certains ont alors eu peur de la perdre à la tête du TNM. Mais il semble que la directrice artistique et générale ait désormais des projets au TNM jusqu’en 2020, dont un second plan d’agrandissement des lieux.


    Les lauréats des prix Gascon-Roux 2017 Le prix de l’interprétation masculine a été remis à Benoît McGinnis pour Caligula.

    Le prix d’interprétation féminine a été remis ex aequo à Isabelle Blais pour La bonne âme du Se-Tchouan et à Catherine Trudeau pour Le jeu de l’amour et du hasard.

    Le prix de la mise en scène a été remis ex aequo à René Richard Cyr pour Caligula et à Lorraine Pintal pour La bonne âme du Se-Tchouan.

    Le prix Olivier Reichenbach a été remis à Gabriel Lemire pour Roméo et Juliette.

    Le prix de la conception des décors a été remis à Danièle Lévesque pour La bonne âme du Se-Tchouan.

    Le prix de la conception des costumes a été remis à Judy Jonker pour Le jeu de l’amour et du hasard.

    Le prix de la conception des éclairages a été remis à Erwann Bernard pour Caligula.

    La bourse Jean-Pierre Ronfard a été remise à Florent Siaud, et la bourse Inclusion et Équité a été attribuée à Nadine Jean.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.