Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Bande dessinée - La mort du père

    1 août 2009 |Fabien Deglise | Livres
    Ça se passe forcément au printemps, époque où le blanc devient gris avant de passer au vert. Ça se passe aussi quelque part au Québec, dans une rue Tremblay, avec Cantin, Poulourde, Chiquette, Louison et bien entendu Harvey (La Pastèque), personnage central de ce récit poétique et artistique sur le thème de la mort. Celle du père.

    Imaginée par Hervé Bouchard et Janice Nadeau, cette incursion dans l'existence humaine, au temps où le vicaire était encore un personnage influent dans les villages, nous plonge dans la légèreté de l'enfance, dans ce monde où les courses de cure-dents se font sur caniveau et surtout à un moment de l'année «où les bottes deviennent lourdes et encombrantes» et où les manches de la canadienne — on parle d'un vêtement ici — donnent l'impression de s'allonger.

    C'est avril. L'existence se consomme comme un plat de macaroni au fromage, sans souci, sans peur du lendemain. Et puis un soir, au moment du retour à la maison, un attroupement de voisins, la tristesse des regards, une ambulance et le désespoir d'une mère, vont durablement annoncer la fin de l'insouciance.

    Autre ovni littéraire lancé par la jeune maison d'édition montréalaise dans le monde du 9e art, Harvey définit son propre style par la rencontre d'une illustratrice de haut calibre et d'un passionné de mots, écrivain de son état, qui ensemble ont décidé de célébrer l'émotion autour d'un événement triste. Tout en nuances et en teintes grisâtres. Un exercice périlleux qui se révèle ici étonnant de sensibilité, et surtout à des années-lumière — merci bien! — de la sensiblerie qui prévaut parfois, sur le même sujet (la mort, le vide), dans le train de Joselito Michaud, entre Magog et Sherbrooke.

    ***

    Harvey

    Janice Nadeau et Hervé Bouchard

    La Pastèque

    Montréal, 2009, 168 pages
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel