Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Critique cinéma

    «Blade Runner 2049» — Pour la suite d’un monde

    29 septembre 2017 |François Lévesque | Cinéma
    La proposition est respectueuse, mais jamais trop révérencieuse de sorte que l’on retrouve d’office ses repères.
    Photo: Warner Bros. La proposition est respectueuse, mais jamais trop révérencieuse de sorte que l’on retrouve d’office ses repères.

    Voilà, il l’a fait. On espérait un bon film tout en craignant le pire. Or, c’est une oeuvre en tous points remarquable qu’a livrée Denis Villeneuve avec son Blade Runner 2049, suite du Blade Runner de Ridley Scott, un chef-d’oeuvre qu’on croyait intouchable. C’était sans compter sur le talent du cinéaste québécois, qui, imparti de moyens hollywoodiens, déploie une vision futuriste qui à la fois honore et étoffe celle, avant-gardiste, établie dans l’original.

     

    Récapitulatif : en 2019, des humanoïdes créés à partir de matières organiques de synthèse à obsolescence programmée, les « réplicants », constituent la nouvelle caste d’esclaves du genre humain. Dans un Los Angeles tout de nuit, de néons et de pluie se terrent quatre d’entre eux, rebelles en quête de longévité. À leurs trousses : Rick Deckard, un chasseur de primes spécialisé dans leur élimination : un blade runner.

     

    Épris d’une réplicante nouveau genre qui s’imagine humaine, Deckard en vient, à l’inverse, à se questionner sur sa propre humanité. Et s’il était lui-même ce qu’il poursuit ?

    À l’affiche dès le 6 octobre, Blade Runner 2049 reprend trente ans plus tard, après qu’une révolte de réplicants eut engendré la fabrication de modèles désormais parfaitement obéissants. Mais une telle chose est-elle possible ? Blade runner comme Deckard avant lui, « K » est chargé de « retirer » des réplicants de première génération à durée de vie ouverte qui vivent clandestinement parmi les humains.


    Aller voir Blade Runner 2049 ou pas? La réponse de François Lévesque. 

     

     

    Lors d’un « retrait » de routine, il fait une découverte susceptible de bouleverser l’ordre établi. Une découverte qui concerne Deckard, disparu naguère. S’entame alors un passionnant jeu de pistes sur un canevas plus vaste que celui de l’oeuvre originelle, mais l’ADN demeure perceptible sous la surface splendide de cette nouvelle création.

     

    Aucune trahison

     

    La réussite de Denis Villeneuve est d’autant plus éclatante qu’il relevait là un pari presque impossible. Qui veut — qui peut ? — donner une suite à un chef-d’oeuvre ? Il y a bien eu Coppola et ses Parrain I et II

     

    Avant que Denis Villeneuve soit choisi par Ridley Scott, ici producteur, nombreux furent ceux qui crièrent à l’hérésie à l’annonce d’une, voire de deux suites.

     

    Pourtant, à sa sortie en 1982, Blade Runner ne connut pas le succès escompté et reçut un accueil critique très mitigé. C’est le « Director’s cut » paru en 1992, éliminant la narration hors champ explicative imposée par le studio, qui contribua à la réhabilitation du film. Lorsque Ridley Scott dévoila son « Final cut » en 2007, le statut de chef-d’oeuvre du film était d’ores et déjà acquis. Que les puristes se rassurent : Denis Villeneuve, un ardent admirateur de l’original, n’a rien trahi. Au contraire.

     

    Tableaux éblouissants

     

    Qu’il transporte le cinéphile dans ce Los Angeles rétrofuturiste désormais connu et connoté mais qui a évolué, qu’il lui fasse survoler des zones de désolation industrielle inédites ou qu’il l’entraîne aux confins maritimes d’un monde encore riche de possibles visuels et narratifs, Denis Villeneuve compose des tableaux aussi éblouissants que fascinants.

     

    À la direction photo, Roger Deakins (Skyfall, Sicario) offre à nouveau une leçon de maître en évoquant sans l’imiter la lumière sculptée par Jordan Cronenweth avant lui. À la musique, Hans Zimmer (Interstellaire) et Benjamin Wallfisch (Figures de l’ombre), qui ont remplacé Johan Johannsson au pied levé, replongent dans les accords électroniques envoûtants de Vangelis. Leurs efforts conjugués font en sorte qu’on retrouve d’office ses repères et que, par conséquent, on est tout disposé à explorer plus avant.

     

    Il en résulte une proposition respectueuse, mais jamais trop révérencieuse.

     

    Supplément d’émotion

     

    Fort d’un scénario brillant qui enrichit le questionnement existentialiste du premier film de considérations évolutives inattendues (le coscénariste de l’original Hampton Fancher est de retour), Denis Villeneuve développe davantage un univers foisonnant dont il révèle des pans insoupçonnés.

    Photo: Warner Bros
     

    Les fervents seront en outre ravis d’apprendre qu’il est des mystères que cette suite a eu la bonne idée de laisser entiers. Certaines apparitions font sourire de plaisir, d’autres émeuvent.

     

    D’ailleurs, c’est là un élément neuf qu’amène Denis Villeneuve : l’émotion. Blade Runner 2049 touche, en deux occasions pour être exact, là où Blade Runner privilégiait, à dessein, une approche plus cérébrale des sentiments.

     

    Du grand art

     

    Un seul irritant : l’insertion, vers le troisième acte aux maints retournements, de courts extraits de passages antérieurs afin de s’assurer que le spectateur a bien saisi. C’est là un procédé propre à Hollywood pour lequel on doute que Denis Villeneuve et son monteur Joe Walker, qui accomplit encore une fois un travail hallucinant, soient à blâmer. À retirer lors d’un éventuel « Final cut » ?

     

    Dans le rôle de « K », Ryan Gossling (La La Land) passe du stoïcisme complet à la vulnérabilité absolue avec un naturel appréciable. Lorsqu’il entre en scène, Harrison Ford fait figure de géant pugnace que le temps et les épreuves ont fragilisé ; une interprétation attachante. Le premier face à face des deux personnages est mémorable. Et le sont pratiquement toutes les séquences qui ont précédé. Blade Runner 2049 est de ce calibre-là.

     

    Comme son illustre prédécesseur, ce second volet pourra, dans le futur, être disséqué et étudié à loisir.

     

    C’est du grand art. C’est du grand Villeneuve.

    Blade Runner 2049
    ★★★★ 1/2
    Science-fiction de Denis Villeneuve. Avec Ryan Gosling, Harrison Ford, Robin Wright, Sylvia Hoeks, Ana De Armas, Jared Leto, Mackenzie Davis, Dave Bautista, Hiam Abbass. États-Unis, 2017, 163 minutes.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.