Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Un 19 mai à Cannes

    Coup de coeur et coup de gueule sur la Croisette

    Odile Tremblay
    19 mai 2017 | Odile Tremblay à Cannes | Cinéma | Chroniques

    Le coup de coeur

     

    Photo: Loïc Venance Agence France-Presse

    Le réalisateur Mathieu Amalric et l’actrice Jeanne Balibar

     

    Vraiment, la chanteuse Barbara, 20 ans après sa disparition, n’aurait pu rêver d’un biopic plus vivant et éclaté que le film de Mathieu Amalric (interprète : Jeanne Balibar) qui ouvrait la section Un certain regard. Barbara est un voyage intérieur entre la mécanique du film et des fragments de vie de la longue dame brune, captés au vol. Images d’archives et de fiction se confondent, se répondent. Jeanne Balibar, l’ancienne compagne de Mathieu Amalric, devient Barbara, femme meurtrie sauvée par la création, les longs doigts sur le piano, la voix qui vacille et trouve les mots. Ses chansons s’égrènent au plaisir de l’oreille. On entre en vertige.

     

    Le coup de gueule

     

    Photo: Laurent Emmanuel Agence France-Presse Le réalisateur Bong Joon ho

     

    On veut bien accepter les mesures de sécurité parties en peur, et tous ces retards causés par les fouilles, moins cette sélection étrange. En ces débuts de compétition, des films de genre, bons, pas bons, signés Todd Haynes ou Bong Joon-ho, s’adressent avant tout au jeune public. On s’est peut-être trompé de festival. Ou les sélectionneurs cherchent à séduire une relève qui n’a pas l’âge d’être accréditée, mais pourrait un jour mettre les pieds ou pas sur cette Croisette qui perd un peu la boule.

     

    Odile Tremblay est à Cannes à l'invitation du Festival.













    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.