Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Cinéma

    La Toscane enchantée de la fratrie Taviani

    3 novembre 2015 |Odile Tremblay | Cinéma
    Vittorio et Pablo Taviani
    Photo: Tiziana Fabi Agence France-Presse Vittorio et Pablo Taviani

    De la fratrie italienne Paolo et Vittorio Taviani, qui réalisa Padro padrone, La nuit de San Lorenzo, voici Wondrous Boccaccio, nouvelles variations sur El Decameron de Boccace, déjà visité par Pasolini en 1971. Les contes italiens ont la cote, car Matteo Garrone livrait également cette année The Tale of Tales, d’après un autre ancien recueil de contes de Pentamerone De Giambattista Basile. Wondrous Boccaccio est présenté au Centre Phi, les 3, 4 et 7 novembre.

     

    Ici, le film est tiré de cinq nouvelles du Decameron et donne entre autres la vedette à Lello Arena, Paola Cortellesi et Carolina Crescentini. Après César doit mourir, un film de liberté et d’originalité qui renouvelait la griffe des Taviani, ce film paraît beaucoup plus sage et académique. Pasolini s’était approprié avec autrement plus d’irrévérence l’oeuvre de Boccacce. Dans ce nouveau film à sketchs, l’Italie médiévale renaît, les jeunes gens s’embrassent, mais le spectre de la mort rouge flotte sur ces beaux tableaux, sous le chant des rossignols et la lumière changeante de l’été. Ici, tout est ordre et beauté, luxe, calme et volupté. Une caméra d’élégance de Simone Zampagni, de beaux interprètes dans des paysages et des décors superbes. Le meilleur sketch est le plus sombre, alors que la peste frappe la Florence du XIVe siècle, que les cadavres s’entassent, que des vivants se jettent sur les morts pour être enterrés avec ceux qu’ils aiment. Dix jeunes fuient les lieux et se réfugient dans une maison de ferme pour évoquer l’amour sous toutes ses formes. Et chacun, sous la douceur toscane, de raconter une histoire, de passion, d’amour et de mort, qui apparaît à l’écran. Un film somptueux et poétique, sans notes discordantes. On arguera que les interprètes sont trop beaux, la campagne trop luxuriante. Mais ce sont des contes, après tout…













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.