Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Arts visuelsFlux RSS de la section Arts visuels

      Morton Rosengarten devant un de ses dessins à l’encre noire

      L’éternelle indocilité du sculpteur Morton Rosengarten

      18 août 2017 | Dominic Tardif | Arts visuels
      Leonard Cohen n’aurait accroché rien d’autre à son mur qu’un dessin à l’encre noire de son ami Morton Rosengarten. Visite dans l’ancienne crémerie des Cantons-de-l’Est où l’indocile sculpteur établissait ses quartiers il y a 55 ans.
      Leonard Cohen n’aurait accroché rien d’autre à son mur qu’un dessin à l’encre noire de son ami Morton Rosengarten. Visite dans l’ancienne crémerie des Cantons-de-l’Est où l’indocile sculpteur établissait ses quartiers il y a 55 ans.
      0 réactions | 17 votes
      L’artiste Karim Jabbari trace les lettres en kufi classique, l’une des plus anciennes formes d’écriture de cette langue. Elles formeront un motif précis qui évoquera l’unité.

      Montréal fait une place au «calligraffiti» arabe

      9 août 2017 | Sophie Chartier | Arts visuels
      La calligraphie arabe, art ancien, mystérieux et minutieux, quasi désuet dans ce monde hyperconnecté et fragmenté, aura désormais sa marque bien visible sur les murs de notre métropole.
      La calligraphie arabe, art ancien, mystérieux et minutieux, quasi désuet dans ce monde hyperconnecté et fragmenté, aura désormais sa marque bien visible sur les murs de notre métropole.
      5 réactions | 10 votes
      Fuglem travaille avec des matières à peine perceptibles. Ici : «Interleaving (Talking to Mom)», 2017.
      Arts visuels

      Vide et plein de vie

      5 août 2017 | Jérôme Delgado | Arts visuels
      Artiste de la transparence, de l’invisibilité diront certains, Karilee Fuglem est à l’honneur cet été au centre Expression, à Saint-Hyacinthe. Tout le centre pour elle seule. Aussi bien vous...
      Artiste de la transparence, de l’invisibilité diront certains, Karilee Fuglem est à l’honneur cet...
      0 réactions | 4 votes
      L’exposition comprend quelques œuvres du caricaturiste du «Devoir», Garnotte, dont celle-ci, publiée le 6 avril 2010
      Exposition

      Dieu, ce comique martyr des caricaturistes, au musée

      31 juillet 2017 | Sophie Mangado | Arts visuels
      Voilà l’audacieuse prémisse d’une exposition en cours au Musée des religions du monde de Nicolet. Face aux quelque 150 caricatures, on esquisse un sourire, on s’esclaffe carrément, on se choque aussi, parfois.
      Voilà l’audacieuse prémisse d’une exposition en cours au Musée des religions du monde de Nicolet. Face aux quelque 150 caricatures, on esquisse un sourire, on s’esclaffe carrément, on se choque aussi, parfois.
      3 réactions | 19 votes
      Les silhouettes des visiteurs de l’exposition d’Olafur Eliasson donnent vie à son œuvre «Maison des ombres» (2010).

      Entre commémoration et désillusion(s)

      31 juillet 2017 | Jérôme Delgado | Arts visuels
      Le Musée d’art contemporain de Montréal (MAC) présente cet été un programme double un brin décevant. Non pas que les expositions À la recherche d’Expo 67 et Maison des ombres multiples manquent...
      Le Musée d’art contemporain de Montréal (MAC) présente cet été un programme double un brin décevant....
      0 réactions | 3 votes
      C’est John G. Morris qui, pendant la guerre du Vietnam, a convaincu le «Times», en 1968, de publier la terrible photo d’Eddie Adams montrant un policier tirant une balle dans la tête d’un homme.

      John Morris, mort d’un homme d’images

      L’oeil de John G. Morris, poids lourd de la photographie de presse, s’est fermé pour la dernière fois à Paris, ce vendredi, dans un hôpital près du boulevard Beaumarchais, où il vivait. À 100 ans bien...
      L’oeil de John G. Morris, poids lourd de la photographie de presse, s’est fermé pour la dernière...
      0 réactions | 6 votes
      L’œuvre «in situ» de Rosalie D. Gagné, «ExCroissance», est celle qui occupe le mieux son environnement, en l’occurrence le seul «relais routier» pour camions, ou «truck-stop», de l’expo.

      Des surprises sur la route

      29 juillet 2017 | Jérôme Delgado | Arts visuels
      Deux cents kilomètres d’exposition, c’est inusité. Par conséquent, l’expérience du visiteur l’est également. L’exposition Truck Stop, c’est un peu ceci : un p’tit tour, et puis on s’en va… reprendre...
      Deux cents kilomètres d’exposition, c’est inusité. Par conséquent, l’expérience du visiteur l’est...
      0 réactions | 2 votes
      Dans l’installation de la Néerlandaise Sanne De Wilde intitulée «The Island of the Colorblind ?», on se met dans la peau de personnes qui ne voient pas les couleurs.
      Exposition

      Jouer avec les lois sensorielles

      24 juillet 2017 | Sophie Chartier | Arts visuels
      Le futur, c’est maintenant, pas vrai ? Manifestement, pour les gens de chez Phi, c’est le cas. Dans le troisième volet de son cycle Sensory Stories, intitulé «Mondes oniriques», le complexe multidisciplinaire du Vieux-Montréal présente une douzaine d’oeuvres immersives, ébauches d’un nouveau champ de création qui s’annonce foisonnant et sensitif.
      Cette nouvelle exposition veut transporter les visiteurs « dans des univers jusqu’à présent...
      0 réactions | 0 votes
      Vue sur l’exposition «Transmedia» au Agnes Etherington Art Centre

      Les Levine, l’homme de plastique

      22 juillet 2017 | Nicolas Mavrikakis | Arts visuels
      L’a-t-on oublié ? Il fut une star du milieu de l’art à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Les Levine, artiste né à Dublin en 1935, qui vint s’installer à Toronto en 1957 avant d’aller...
      L’a-t-on oublié ? Il fut une star du milieu de l’art à la fin des années 1960 et au début des années...
      0 réactions | 2 votes
      D’ici la fin de juillet, le responsable des programmes éducatifs au MBAM, Stephen Legari, prévoit que 1000 créateurs seront venus butiner dans la ruche inaugurée à la fin de mars.

      La ruche d’art du Musée des beaux-arts de Montréal, nouvel espace de création artistique

      21 juillet 2017 | Émilie Folie-Boivin | Arts visuels
      Comment tromper la grisaille des nouvelles et les sautes d’humeur de cet été aux débuts plutôt maussades ? En trouvant refuge à la nouvelle ruche d’art du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). Deux fois par semaine, ce nouvel espace de création multidisciplinaire invite les artistes en herbe à faire aller leur imagination et les laisse butiner (gratuitement !) dans son matériel d’arts plastiques, pour leur permettre d’ajouter de la couleur dans leur vie. Visite féconde dans un local où ça bourdonne.
      Dès qu’on entre dans la ruche d’art, nos yeux se posent au fond de la pièce, sur les étagères...
      0 réactions | 4 votes
      Avec «Traces – Pistes disparues», Bill Vazan prend en quelque sorte sa revanche sur le maire Jean Drapeau, qui avait ordonné en 1976 le démantèlement de l’exposition «Corridart», à laquelle l’artiste participait. L’œuvre est d’ailleurs installée juste sous les yeux de bronze de la statue à l’effigie de l’ancien maire.

      Dans les méandres du temps et du land art

      7 juillet 2017 | Jérôme Delgado | Arts visuels
      Un labyrinthe signé Bill Vazan est apparu devant l’hôtel de ville, à même l’herbe d’une petite place publique. Cette oeuvre de land art à échelle réduite évoque un Montréal autrefois traversé par des rivières.
      Le vénérable Bill Vazan, chef de file du land art au Québec, et au Canada, ne pouvait être plus...
      0 réactions | 3 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.